Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 Very Bad Trip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Very Bad Trip   Mer 10 Nov - 23:03

L'heure du départ était enfin arrivée. Le Phoenix avait sur lui son vieux manteau, garni de lames comme à la bonne époque. La veste était un peu élimée et passée désormais mais elle faisait toujours partie de lui.
Il ne prendrait rien d'autre pour ce voyage : Gunslinger avait dit qu'il se chargerait du reste.
De toute façon, ils ne devraient pas vraiment avoir besoin de quelque chose avant d'être à Vegas.
Pour l'instant, le Phoenix faisait le pied de grue devant le Dunwich. Il avait passé la nuit à ré-étudier de plus près les us et coutumes de la Rome Antique.
Il s'était souvenu que le père de Lucrezia, parrain du clan aimait vivre à la romaine dans son casino de Vegas. Y aller en jouant au romain serait parfait pour gagner des points.
Francis, lui, resterait sur place, à continuer la rénovation du building. Ils ne pouvaient s'encombrer de l'anglais, il était trop stupide pour accomplir cette mission.
Ils devraient s'assurer des appuis des De Rossi, frapper fort et disparaître. Ca ne serait pas simple mais c'était un bon divertissement de Noël...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Ven 12 Nov - 13:04

C'est frais et dispo que j'embarque dans le 4x4 de tête du convoi qui nous emmènera a Vegas, le Phœnix et moi. Depuis l'accord avec le gamin, j'ai pris assez de repos pour récupérer de ma blessure, même si ma jambe me lance encore parfois, notamment quand je force un peu trop. Entre temps j'ai acheté des munitions et une recharge pour mon médikit, ainsi qu'un blouson en cuir pour le gamin. C'est toujours une bonne protection. Tout est prêt pour le départ, et le chauffeur met le contact et fait rugir le moteur. Derrière nous, les camions démarrent a leur tour. J'ai eu pas mal de chance de me faire embaucher dans le convoi, Bullet étant parti la veille avec le reste de sa caravane. Le marché avec le meneur du convoi est simple. On est fournis en bouffe, il nous emmène a Vegas. En échange, on assure la protection. Et on pourrait même se faire du bénef. Le chauffeur était un peu réticent a l'idée de passer au Dunwich, mais j'ai finalement réussi a le convaincre. Il passe la première et démarre avec les camions a notre suite, tandis que j'allume un cigare. Nous roulons un petit quart d'heure, pendant lequel je vérifie une dernière fois mon équipement. La silhouette du Dunwich se rapproche, et le pick-up s'arrête devant la façade, ou le Phœnix est déjà la a m'attendre. J'ouvre la vitre du coté passager, et je lui fais un signe de main.

-En voiture gamin, on a de la route a faire.
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Ven 12 Nov - 14:45

Le Phoenix grimaça en voyant le convoi qui accompagnait le 4x4. Il n'avait pas prévu de jouer les mères poules pour deux stupides camions. C'était un travail de gros-bras, de minable, à des lieues d'un être aussi doué que lui.
Si seulement son SUV n'avait pas été réduit en miettes au campement : ils auraient pu monter dedans et partir pour la cité du vice sans s'encombrer de ces idiots.
Mais nécéssité fait loi comme on disait. Et ils devaient aller à Vegas rapidement. Il était quatre heures du matin, ils devraient arriver vers neuf ou dix heures dans la ville. Moins s'il y avait un incident.
Quoique. A la réflexion, leur but était Vegas, pas le convoi. Si ça chauffait trop sur la route, ils se débarasseraient des trois types camés et sous-payés chargés eux-aussi de la protection et ils traceraient droit vers le Nevada.
Gunslinger ne conduisait pas lui-même, il occupait la place du mort. Tant mieux pour le Phoenix, qui avait un faible pour la banquette arrière : au moins, on avait la place pour les jambes.


En voiture gamin, on a de la route a faire.

Le Phoenix grimpa à bord. Amusant que le mafieux l'appelle "gamin". Il y a de ça cinq ans, il aurait compris. Il était très jeune à l'époque. Mais maintenant ?
Oh et puis peu importait. Il avait autre chose à penser qu'au nom que lui donnait Gunslinger.
Le convoi se remit en route, direction le Nevada.


Vous pourriez m'en dire un peu plus sur cette famille Trapattoni ? Non pas qu'elle m'intéresse en tant que telle mais j'aime bien en savoir un peu sur nos futurs hôtes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Dim 14 Nov - 23:37

Tandis que le convoi repart, je rallume mon cigare éteint. Le Phœnix s'est installé sur la banquette arrière, et me questionne sur les Trapattoni.

-Ils aiment que tout soit carré, tu vois. Que chaque chose soit a sa place...

Court silence ou je lui remet le blouson en cuir.

-Et que tout file droit. Notre petite visite va les perturber, ca c'est sur... Je t'en dirai plus une fois a Vegas.

Du coin de l'œil, je lui désigne le chauffeur. Je ne dirai rien de plus devant lui.

-T'as vu, j'ai pensé a toi, un cuir tout neuf, ca protège bien. On sait jamais ce qui peut arriver pendant le trajet, et ca te sera utile la bas aussi.

J'ouvre une petite caisse en bois a mes pieds et en sort 3 barres de bouffe Epsilon. Ces trucs sont loin de valoir la cuisine de Mamma, quand j'étais jeune, mais ca cale bien. J'en tends une au chauffeur et au Phœnix. Et je me décide a lui poser la question que trotte dans la tête depuis un moment déjà.

-Pourquoi tu vis dans ce building ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 15 Nov - 18:37

Leurs ennemis d'après Gunslinger était des rigoristes, aimant que tout soit à sa place et que tout aille dans le sens où ils l'avaient décidé.
Des maniaques du contrôle comme 99% des êtres humains. Le Phoenix lui, était dans le pourcent manquant.
Il n'aimait pas l'odre qu'il trouvait figé et ennuyeux, presque mort. Pour lui, rien ne pouvait remplacer l'implacable vivacité du chaos, cette folie créatrice et destructrice.
Transformer une morne plaine en torrents de feu, un paisible lagon en zone dévastéen voilà qui lui plaisait bien d'avantage.
Il allait aimer s'attaquer aux Trapattoni. Pas seulement parce qu'il était sadique. Aussi parce qu'il adorait voir l'ordre établi voler en éclats.
Le Phoenix était un parfait élément destructeur, une boule de feu personnifiée.
Oh oui, Vegas allait être drôle, très drôle.
Gunslinger lui offrit une protection en cuir, un blouson. Le Phoenix haussa les épaules mais se força. Ca devait rassurer le mafieux de le voir enfiler un semblant de protection.
Il ôta son manteau, faisant attention à ne rien déranger dans le gigantesque attirail de lames qu'il trimbalait. Il n'avait pas sorti le grand jeu complet mais on en était pas loin : scalpels, dagues, poignards et même un shoto. De quoi bien s'amuser avec la famille Trapattoni.
Il posa ensuite son manteau sur ses genoux, lissant le pli avec application. Il remettait une lame bien en place quand il releva la tête : l'italien lui proposait une barre de nourriture que le jeune homme refusa. Il avait déja mangé et bu avant de partir et il voulait rester sur son goût. Puis Gunslinger lui posa l'inévitable question.


Pourquoi tu vis dans ce building ?

Les gens restent à l'écart
, répondit du tac au tac le jeune homme. C'est plus pratique pour moi, je ne suis pas un fanatique des curieux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Dim 28 Nov - 18:58

[je me permets de faire un peu avancer l'histoire en sautant le tour de Gun pour pouvoir laisser Lu entrer dans la danse]

Le voyage jusqu'à Vegas se déroula bien. Bien sûr, la nuit fut glaciale et dès que le soleil se leva, il fit rôtir les membres du convoi. Un camion creva en roulant sur une pierre un peu trop pointue et ils perdirent une demi-heure à changer la roue.
De plus, ils étaient entassés et la fumée des cigares de Gunslinger qui se succèdaient par paquets de douze ne rendaient pas le voyage des plus sympatiques. Mais au moins, ils ne furent pas attaqués, ni par des animaux sauvages (étrangement, le chauffeur du convoi avait une phobie monstruseuse des ours, expliquant que ces animaux ne cessaient de s'en prendre aux humains ces dernières années), ni par des raiders attirés par un peu d'argent facile.
D'ailleurs, le Phoenix ne savait même pas ce qu'ils transportaient. Pas des armes, la protection aurait été bien plus conséquente, ni quelque chose de grande valeur, puisque les camions étaient bâchés et sanglés à la va-vite. Peut être du carburant ? Oh et puis après tout, on s'en moquait.
Le Phoenix n'avait qu'un objectif : Vegas.
Et au bout de quelques longues heures de route, la ville fut en vue. Même après l'apocalypse, Vegas restait un mystère, la ville champignon du désert. A se demander comment une telle cité avait pu naître au milieu de rien.
Le célèbre panneau "Welcome to Las Vegas", en lettres rouges était d'ailleurs toujours là pour accueillir le visiteur, même si la pencarte n'était plus de première fraicheur, cabossée et salie par le désert.
Vegas était bien sage, presque vide mais il était encore tôt. C'était une ville nocturne avec ses néons et ses illuminations. Le Phoenix songea que ce soir, il irait bien flâner dans le Strip, voir la carcasse des vieux casinos abandonnés. De ce qu'il avait entendu, il n'y avait plus vraiment de grands casinos à proprement parler. Les grands édifices avaient vite été squattés par des gangs pour le servir de base et rares étaient désormais les immeubles qui proposaient encore des divertissements de ce genre.
On pouvait toujours trouver des jeux, c'était tout de même Vegas mais la décripitude avait aussi frappé la cité du vice.
Le convoi stoppa devant un grand immeuble blanc, composé de cinq tours marbrées. Le Cesar Palace, fief des De Rossi.
C'était donc ici que Lucrezia avait été elevée ? Et bien...un genre d'endroit plutôt particulier, si on en jugeait par le style vestimentaire des gardes à l'entrée. C'était des légionaires, avec cuirasse et tout l'équipement du soldat romain de l'antiquité. Exceptée peut-être les armes de poing qu'ils arboraient, qui elles était indubitablement modernes.
Lucrezia lui avait dit que son père s'amusait à vivre à la romaine. Mais le Phoenix n'avait pas imaginé que ça pouvait être à ce point là.
Il décela l'expression de surprise dans le regard de Gunslinger et sourit. Le mafieux avait semblait-il un peu de mal à se faire une idée de leurs nouveaux alliés.
Le Phoenix lui recommenda de se taire et de le laisser parler en premier. Il s'avanca jusqu'au premier garde, se fendit d'un petit signe de tête et déclara simplement.


Je suis le Phoenix. Au nom de l'amitié qui me lie avec la famille De Rossi, je demande un entretien.
Clair et conscis. Le Phoenix aimait parler mais seulement avec ceux qui en valaient la peine. Pas le soldat -ou légionaire- de base.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Jeu 2 Déc - 19:06

Le premier garde, simple sous fifre, le regarde des pieds à la tête et ne dit rien, continuant de regarder droit devant lui. Les autres font de même. Pourtant l’un d’eux, à plusieurs reprises, balance des coups d’œil en différents endroits, pour signifier que eux ne sont là que pour l’empêcher d’entrer, le temps que les personnes qui gèrent les caméras prennent des décisions. En effet, l’endroit est pourvu de nombreuses caméras qui couvrent l’ensemble de la zone. Aucun angle mort. Chaque point du site est même surveillé par au moins deux caméras. La zone est sous étroite surveillance. Tout dénote une certaine paranoïa.

Rapidement un homme, déguisé en centurion, arrive, marchant au pas. Il est accompagné d’une escorte. Si les premiers gardes, tout juste bons pour faire de la chaire à canon, sont à peine armés, il n’en est rien de ceux lui, qui tiennent tous des armes de pointe dans leurs mains. Il salue à la romaine les deux hommes.


Je viens vous demander à quelle personne de la Famille vous êtes liés. Celle-ci est vaste et cela ne donne pas forcément droit à entrer dans le lieu.

Par ailleurs si vous portez une arme, vous êtes priés de nous la confier. Nous vous la restituerons dès que votre visite en nos lieux sera terminée ou que vous aurez obtenu une dérogation de port d'armes au sein du batiment.

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Jeu 2 Déc - 20:11

Le garde resta muet comme une carpe. Quoique une carpe, elle au moins, ouvrait la bouche même si c'était pour ne rien dire. Alors que la bouche du légionaire restait indubitablement close, comme si on lui avait cousu les lèvres. Ce qui faisait songer au Phoenix que ça faisait un petit moment qu'il n'avait pas pratiqué ce genre d'amusement. Coudre sur la chair alors que la victime était encore en vie était facile à faire, douloureux et efficace.
Le Phoenix finit par comprendre que les soldats n'étaient là en définitive, que comme décor. La vraie sécurité étant en fait assurée par un réseau de caméras assez important. Très important même.
Même le Dunwich n'était pas aussi couvert de caméras. Et pourtant, l'immeuble maudit était un des endroits les plus surveillés que connaissait le jeune homme.
Un officier vint à leur rencontre, déguisé comme il fallait s'y attendre en centurion et les salua à la romaine. Le Phoenix répéta ce geste. Il vit Gunslinger froncer les sourcils à ce salut. Il devrait sans doute lui expliquer plus tard la différence entre salut romain et fasciste.
Le centurion lui demanda au nom de qui il sollicitait l'amitié du clan De Rossi. Le Phoenix laissa filer un court blanc, un peu surpris. Il avait pensé qu'avoir des appuis auprès de n'importe quel membre de la famille suffirait mais il fallait croire que certains parmi les mafieux étaient personas non gratas.


J'ai gagné l'amitié de la signorina Lucrezia De Rossi lors de la guerre civile des Red Skulls, à West-Epsilon, voici cinq ans.

De plus, le soldat leur demanda de leur remettre les armes. Décidement, ils pouvaient bien se croire à l'Antiquité, certainnes moeurs étaient très actuelles.
Le Phoenix ne s'embarassa pas et se défit tout simplement de son manteau qu'il confia à l'officier. Il conseilla aussi à son compagnon de remettre ses armes à feu.
Après tout, à Rome on faisait comme les romains...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Ven 3 Déc - 18:07

Pour toute personne liée aux De Rossi et saine d’esprit, les mots Lucrezia et Red Skulls dans la même phrase résonnaient comme un signal d’alarme. Comme le centurion ne manque pas de jugeote, il n’hésite pas. Là où normalement les gens doivent attendre là où ils sont qu’on veuille bien les faire rentrer, lui décide de les installer.

Suivez moi.

Il fait demi tour sans un regard, donnant les armes aux autres hommes du groupe avec un regard d’avertissement. Cependant, nul besoin, car le nom de Lucrezia calme rapidement des ardeurs. Aucun n’a envie de servir de cible mouvante.

Le petit groupe entre donc dans le Casino. Sitôt les portes passées, le centurion bifurque à droite, le nez quasiment dans une tapisserie clouée au mur. Il la bouge imperceptiblement puis s’écarte, dévoilant aux deux hommes une petite pièce. Il faut se baisser pour y entrer mais l’intérieur ne manque pas de confort. Télévision, téléphone, mini bar, tout est là pour mettre à l’aise les personnes.


Je vais faire avertir la Signorina De Rossi. Elle est partie à la chasse.

Un garde à côté du centurion grimace comme s’il avait mal à ce mot.

Si vous avez besoin de quelque chose…

Il regarde la cape, hésite, et finalement, dans le doute, préfère la garder.

Vos affaires seront dans le vestibule.

Une demi heure plus tard, c’est une Lucrezia, habillée telle Diane, avec une robe plissée plutôt courte, des bijoux en or soigneusement gravés et surtout un carquois dans le dos et un arc à la main qui entre dans la pièce. Posant l’arc sans se préoccuper de savoir où il atterrit, elle se précipite sur son ami.

POUSSIIIIIIIIIIIN.

Et sans lui laisser le temps de réagir, l’embrasse. Puis se recule, un grand sourire aux lèvres, l’air de rien.

Tu as bonne mine dis donc. Qu’est ce qui t’amènes ici ?

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Ven 3 Déc - 21:51

Au nom de Lucrezia, les yeux du soldat s'emplirent d'un sentiment que le Phoenix connaissait bien pour l'avoir vu maintes fois dans la rétine de ses victimes. C'était de la peur.
Lucrezia semblait toujours aussi imprévisible et dangereuse, même pour ses propres hommes. Le Phoenix masqua un sourire. Voilà qui correspondait tout à fait avec l'ambiance antique du lieu. Cette époque où maîtres et maîtresses avaient un pouvoir absolu sur leurs serviteurs, pouvant les tuer parce qu'ils avaient mal servi le dîner. Ou simplement par envie, comme ça, par caprice.
D'aucuns auraient trouvé ce mode de vie terrifiant mais pas le Phoenix. D'une part, parce qu'il était un des pires sadiques que la Terre aient porté - ou du moins, à l'avouer sans gène - mais aussi parce que philosophiquement, il y voyait un attrait.
Cela prouvait à tous la vacuité de la vie. On pouvait avoir servi son maître avec dévotion pendant des années, l'avoir vu grandir, l'avoir protégé et puis un jour, sur un faux pas ou comme ça, sans raison, on perdait la vie. La vie ne valait rien et c'était bien ça que le Phoenix trouvait terriblement attractif dans ce mode de pensée.

On les fit entrer rapidement dans le Caesar Palace après leur avoir confisqué leurs armes, comme c'était prévu. Mais de toute façon, ils n'en auraient pas besoin ici, ils étaient en territoire ami.
Ou ce qui s'en approchait le plus dans ce no man's land qu'était devenu la Terre après l'apocalypse.
Le centurion revéla au groupe un petit alcôve, caché derrière une tapisserie. La pièce était petite et assez basse de plafond mais bien équipée : un écran de télévision, un bar, quelques fauteuils,... le tout fait penser à une sorte de salle d'attente où on faisait patienter les invités.
Le soldat prévint que Lucrezia était actuellement à la chasse. Le Phoenix dressa l'oreille. L'italienne chassait ? Mais elle chassait quoi à Vegas ? Des chiens de prairie dans le désert du Nevada ?
Il sentit une petite pointe d'aggacement à cette pensée. Il n'aimait pas qu'on s'en prenne aux animaux. Sans doute un effet de son antropophobie pure et dure.
Les soldats se retirèrent, laissant le Phoenix et Gunslinger seul. Le jeune homme le briefa rapidement sur l'attitude à avoir en ces lieux, de ne s'étonner de rien et lui donna à la volée quelques us et coutumes romains. Ca pourrait toujours faire bonne impression s'ils rencontraient le père de Lucrezia de glisser quelques mots en latin.
A peine avait-il fini de lui expliquer comment bien saluer à la romaine - pour que ça ne glisse pas dans le salut nazi -, Lucrezia fit son entrée, en tenue de chasse. Antique.
Autrement dit, elle portait une robe blanche retroussée par une seconde ceinture, des bijoux en or, un carquois dans le dos et un arc à la main.
Alors il comprit ce que voulait dire le soldat par aller à la chasse. Lucrezia s'était tout simplement déguisée en Diane, la déesse romaine de la chasse.
Il fallait admettre que ça lui allait plutôt bien. Quand elle vit le jeune homme, elle cria son nom ou plutôt son ancien surnom. Poussin.
Celui que son maître utilisait quand il s'adressait à lui à l'époque où il n'était qu'un apprenti. Le souvenir le perturba assez pour qu'il ne réagisse pas tout de suite lorsque l'italienne l'embrassa. Le baiser le fit néanmoins revenir sur terre.


Tu as bonne mine dis donc. Qu’est ce qui t’amènes ici ?


Le Phoenix sourit et tendit légèrement la main vers elle.

Bonjour, signorina. Je vous retourne le compliment. J'aurais aimé venir à Las Vegas plus tôt mais les vicissitudes subies lors de mon retour en Europe ont pris plus de temps que je ne l'immaginais. A vrai dire je ne suis en Amérique que depuis quelques semaines, tout au plus.

Autant ne pas parler de ce qui s'était passé depuis leur dernière rencontre, à la mort de Juliet. Le Phoenix lui-même n'était pas certain de vouloir se rappeller tout ça.

Sachez que c'est un plaisir de vous revoir, dit-il en prenant délicatement sa main et, en ployant le genou, lui fit un vrai baisemain français .

Il se releva lentement, gardant toujours la main de Lucrezia dans la sienne, sans même s'en apercevoir. De l'autre, il désigna son compagnon de route.


Permettez-moi de vous présenter il signore Gunslinger. Je l'ai rencontré voici quelques jours, à West-Epsilon. Nous sommes devenus associés, si tant est que ce mot ait une vraie signification pour moi, gloussa t-il. Monsieur Gunslinger a besoin d'aide, des ennemis puissants à abattre, ici, à Las Vegas. Et j'ai naturellement pensé que je pouvais venir solliciter votre aide, au nom de notre amitié.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 6 Déc - 18:23

Ah les vicissitudes de la vie ! Comme je te comprends.

Elle sourit, visiblement ravie de la visite. Voilà 5 ans qu’elle ne l’a pas vu et le savoir toujours vivant… Etrange elle se sent… soulagée peut être. Heureuse certainement.
Lucrezia regarde avec une curiosité manifeste l’homme qui l’accompagne, ne se départissant pas de son sourire.


Bienvenu à vous Signore Guslinder. Lucrezia De Rossi. Les… associés du Phénix sont mes associés et ceux de mi Famiglia.

Et en signe de bienvenue, là où d’autres tendraient leur main, elle s’approche et colle ses lèvres sur les siennes un très bref instant.

Elle sort alors de la pièce en ramassant son arme qu’elle pose sur son épaule et donne des ordres en italien. Le son claque, les armes sont rendues aux deux hommes alors que quelques gardes courent le long du grand escalier, visiblement attentifs à satisfaire Lucrezia.

Père n’est pas là aussi les décisions sont prises à l’unanimité de la famille présente lors de du vote. Il se trouve qu’aujourd’hui je suis seule… Enfin… normalement je ne devrais pas être là.

Elle rigole toute seule, comme si le fait de savoir le lieu vide était particulièrement drôle. Elle monte un grand escalier, continue dans un couloir puis pousse une porte finement ouvragée en bois et feuilles d’or. De là, elle les fait rentrer dans un ascenseur jusqu’au 26è étage. Seul le centurion les accompagne.

Voici mon étage. Vous serez logé dans mes appartements. Ici, plus on est haut, plus on est important. Et il y a 29 étages.

Lucrezia parait visiblement fière d’elle. 26/29, la progression semble importante à ses yeux et son sourire se fait plus retord. Sans doute la pensée qu’elle en a écrasé un ou deux pour en être arrivée ici.

Elle désigne alors deux portes l’une en face de l’autre.


Voici vos chambres. Il y a des domestiques disponibles. Faites leur passer des consignes en vêtements ou autres si besoin. Je vais me changer et je reviens.

Elle leur désigne une porte au fond du couloir.

C’est mon bureau. Retrouvons nous y dans une demie heure. Je dois me remettre de cette partie de chasse.

Puis, en se tournant vers le centurion, elle se met à rire.

En deux heures, j’en ai eu trois. Ils peuvent toujours courir avec leurs armes, il faut savoir les débusquer je l’ai toujours dit.

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 6 Déc - 19:16

Lucrezia ne l'interrogea pas plus en avant sur ses aventures européenes. Et c'était tant mieux. S'il avait mis cinq ans à ce sortir de cette fange tant physique que morale, ce n'était pas pour y replonger derechef. C'était encore trop chaud, trop proche. Comme une plaie ouverte. Il fallait attendre que ca cicatrise un minimum avant de passer le doigt dessus.
Les yeux de son ancienne maîtresse semblaient pétiller, comme si elle recevait enfin une viste qu'elle attendait depuis des siècles. Le Phoenix nota que Noël approchait à grands pas et ne masqua pas un petit rire à cette pensée. Il devait être une sorte de présent au pied du sapin. Le papier-cadeau en moins.
L'italienne cristallisa ensuite son attention sur Gunslinger, qui ne parlait pas beaucoup depuis le début de l'entrevue. Mais le Phoenix ne lui en tenait pas rigueur. L'univers des De Rossi était assez...destabilisant, même pour un psychopathe comme lui alors que dire de l'effet qu'il devait avoir sur une personne normale.
Puis, après s'être brivément présentée, comme pour saluer le nouvel associé des De Rossi, elle embrassa fugacement Gunslinger, à la grande surprise des deux hommes présents dans la pièce.
Quoique. A la réflexion, Lucrezia restait fidèle à elle-même : un attrait certain pour tout ce qui avait trait au contact et à fiortiri, la sexualité, ne fut-ce qu'un simple baiser comme ici.
Le Phoenix lui, n'était pas du genre à cracher sur la chose, il l'avait déja prouvé - avec l'italienne d'ailleurs - mais trouvait toujours le sexe vide comparé aux pulsions de mort et de sadisme qui l'animaient quand il était en transe. C'était plus fort que tout cette vague de plaisir pur, cet élan de barbarie qui faisait remonter le temps jusqu'à la Préhistoire. C'était là qu'on voyait que l'homme n'avait guère changé en des millinénaires d'existence. Il aimait tuer et faire souffrir. Toute l'humanité était ainsi mais rares étaient ceux à le reconnaître.
Le Phoenix en faisait partie. Il allait même au delà puisque il avouait sans gène ni honte son sadisme et son goût pour le massacre.
Et c'était un peu pour ça qu'il était venu à Las Vegas. Une passation de pouvoir se faisait rarement sans une goutte de sang, surtout au sein des familles mafieuses.
Oh oui...ça allait être très drôle, ces vacances de Noël...

Lucrezia les invita à sortir de la salle d'attente, les entrainant dans un dédale de couloirs avant de conclure par un ascenseur qui les conduisit jusqu'au vingt-sixième étage, à ses appartements. Le casino en comptant vingt-neuf, l'italienne semblait ravie de sa situation. Le Phoenix se garda bien de lui faire remarquer qu'étant pourtant la fille du parrain, elle aurait peut-être dû avoir moins de trois personnes devant elle. Il devait apprendre à tenir sa langue, de temps en temps.
Elle leur indiqua leurs chambres ainsi que la porte de son bureau, leur y donnant rendez-vous, une demi-heure plus tard. Le Phoenix aurait préféré commencer les discussions tout de suite mais bon, autant laisser un peu de temps à tout le monde, histoire de se poser.
Le Phoenix hocha simplement la tête et entra dans sa chambre. Une pièce à la romaine, bien entendu, sans fenêtre, unicolore, recouvert de tableaux, avec un lit, un coffre et une table de toilette. Bon, les appareils modernes comme le téléphone ou l'horloge digitale n'étaient pas eux, antiques mais l'atmosphère générale qui se dégageait de la chambre (ou du cubiculum, techniquement) l'emportait sur le reste.
Le Phoenix s'accorda un gros quart-d'heure de sommeil. Ils n'avaient pas fermé l'oeil durant le voyage et partir aussi tôt le matin les avaient un peu troublés. Une microsieste réparerait le tout.
Vingt-neuf minutes plus tard, le Phoenix et Gunslinger tapaient à la porte du bureau de l'italienne, attendant d'être invités à entrer pour que les négociations sérieuses puissent commencer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 6 Déc - 19:57

Entreeeeez !

Sa voix tinte joyeusement, comme une sorte de jubilation intérieure.

Elle a troqué sa tenue de chasse contre quelque chose qu’elle apprécie tout autant mais qui lui redonne cet aspect plus lustré, plus contemporain. Certes cela ne lui correspond pas forcément mais elle aime ces tailleurs si près du corps, ces escarpins à la hauteur vertigineuse. Elle a choisi un ensemble rouge sang. Il est particulièrement foncé presque noir. Tout est assorti, y compris le rouge à lèvres, donnant l’impression que Lucrezia aurait pu vampiriser quelqu’un un instant auparavant.


Elle s’est installée dans un coin de son immense bureau, qui sert de salon. Quatre canapés de cuir crème, une table basse au milieu sur laquelle repose une collation, des boissons chaudes et froides. A côté de chaque canapé il y a un guéridon. Deux ont des fleurs fraiches, un autre est vide et celui à côté de Lucrezia sert de table. Il y a son portable, une arme.


Elle se lève et attend patiemment que ses invités soient installés.

Veuillez pardonner votre… accueil. Las Vegas, en temps normal n’est pas forcément la cité la plus accueillante mais nous avons frôlé une guerre effroyable. Et l’alerte nous a gravement atteint.

Assise, elle se sert un café, invitant les deux hommes à faire de même.

Il y a trois mois, mon neveu, Côme, a été assassiné par un gang tout nouveau. Il en nait un chaque semaine, très vite absorbé par un autre. Las Vegas se répartit entre 7 familles plus ou moins amies ou ennemies. Depuis quelques temps, chacune a tissé des liens avec des gangs. En somme chaque être qui respire ici est lié à une des grandes familles. Et l’équilibre est très fragile. Car outre les liens dans la ville, les relations avec les autres zones sont en jeu. Nous sommes partisans de WE par exemple. D’autres lui préfèrent SF. C’est tout à fait légitime en soi.

Cependant, tuer le fils de Bella n’a pas été la meilleure idée qui soit. Comme tu dois t’en souvenir poussin, elle était déjà folle mais perdre son enfant l’a… achevé. Elle a cherché de qui dépendait ce nouveau gang et a buté les deux héritiers. Un vrai carnage.


Elle boit d’un trait sa tasse et s’en ressert une autre.

Forcément, ça a eu des conséquences. Chaque famille a dû prendre position et ça a fait du ma l, beaucoup de mal. Notamment chez nous. Outre des pertes humaines et financières considérables… l’influence aussi.

Ça a duré deux mois et demi de véritable guerre des tranchées. Finalement on a réussi à obtenir une table ronde. Chaque famille avait deux représentants. Mon Frère, qui va succéder officiellement à mon père, et moi, y avons été. L’une des choses pour lesquelles nous avons dû céder est l’internement d’office de Bella. Enfin… Elle est au 27è. Elle doit y rester cloîtrer avec des… psychiatres…


Visiblement ce mot la dégoute plus qu’aucun autre.

Mon frère est un étage au dessus et mon père tout en haut évidemment. Enfin heureusement les choses se tassent. Malgré tout, on reste sur nos gardes et on a doublé la sécurité.

Et en fait vous êtes arrivés en pleines festivités dans notre Ville. Nous avons trouvé un jeu commun qui nous permet de ne pas trop nous entretuer. Très Régulièrement Boston nous envoie ses Tarés. On est persuadé que ce sont des gens dont ils veulent se débarrasser là bas, car ils ne reviennent jamais d’ici.

La dernière fois, il y a 5 mois, le jeu était d’envoyer le plus de bouts possibles à Boston. En colis séparés pour qu’ils fassent des puzzles. Cette fois, c’était la chasse. On les a tous chopé. 27. Et on les a libérés en différents points de la ville. Et on leur a donné la chasse. Peu importe comment ils meurent, le but est d’en attraper le plus. Si on ne l’a pas immédiatement tué pour l’arrêter, on lui coupe un doigt après qu’un arbitre ait jugé la prise vivante, et on le relâche. J’ai eu le premier mort après l’avoir rattrapé cinq fois de suite. Uniquement à l’arc. Et si je l’ai laissé vivant si longtemps ce n’est pas par maladresse ni bonté mais juste pour le plaisir de lui couper toute une main.


Visiblement très fière, Lucrezia se tortille.

La dernière fois je les ai attrapé au javelot mais j’ai du mal encore avec cette arme alors je prends une valeur sure. D’ailleurs, mon Chou, quand tu retourneras à WE, salue Creedy de ma part. Je crois qu’il boite toujours depuis la fois où il m’a traité de folle.

Bon et vous ? Racontez moi tout.

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 6 Déc - 21:07

L'italienne les invita à entrer et les deux hommes s'éxécutèrent. La première chose qui frappait était que l'ambiance antique était tout simplement absente de cette pièce. Adieu grandes colonnes, mosaïques et vases étrusques, bonjour à un style bien plus actuel, avec bureau et sofa. Le Phoenix sentit comme une pointe de déception. Il aimait bien ce style antique, dommage que Lucrezia préfère le modernisme.
Mais d'un autre côté, il y avait peut-être un aspect phychologique interessant. C'était le père de Lucrezia, le vieux De Rossi qui adorait cette mode romaine, pas le reste de sa famille.
Il se pouvait qu'ainsi, Lucrezia tente de contrôler un morceau de l'empire dont elle n'était que l'héritière. Oui, c'était possible.
Elle attendit que les deux hommes prennent place dans le salon. Si Gunslinger alla rapidement s'assoir sur un des sofa, le Phoenix resta debout, flânant près des fleurs. Des roses blanches. Un brin cliché mais joli. Qui s'accordait bien avec la crème des sofa et le rouge sang des habits de l'italienne.
Tandis que Lucrezia parlait, le Phoenix effleurait les pétales de la fleur de ci, de là, se demandant fugacement s'il pouvait utiliser des fleurs dans une prochaine torture. Il y avait quelque chose à creuser.
Il s'en était passé des choses en cinq ans : le neveu de Lucrezia, le fils d'Isabella, la grande soeur de son ancienne maîtresse, avait été tué par un gang rival. La santé mentale de sa mère, déja sur le déclin - la recontre entre Isabella et le Phoenix avait été mémorable - avait totalement explosé. Après une sanglante vendetta, la ville était passé au bord de la guerre. Une trève avait finalement été obtenue, arrachée à grand-peine.
Bella était désormais cloitrée dans ses quartiers, surveillé tout le temps par une meute d'infirmiers et de psychiatres. Elle était en de bonnes mains au moins.
Lucrezia leur apprit aussi les raisons de sa tenue de chasse : Boston envoyait régulièrement des émissaires, en réalité, des personnes dont ils souhaitaient se défaire. Et Vegas répondait très favorablement à cette demande.
L'italienne avait capturé une proie cinq fois de suite avant de l'achever. Un joli score, le Phoenix devait bien l'avouer.
Elle lâcha un mot sur Creedy, l'âme damnée de Lisbeth. Surpris, le Phoenix se piqua avec une épine. Un peu de sang coula, le Phoenix se hâta de sucer son doigt. Il ne put réprimer un frisson de plaisir.
Il avait un nouveau problème, une addiction au sang. Il en tirait une énergie quasi mystique.
Il passa longtemps la langue sur sa blessure, jusqu'à ce que son doigt ne saigne plus. Puis, il se retourna vers son ancienne maîtresse.


J'ignorais que monsieur Creedy était encore en vie. Et à vrai dire, je ne l'ai jamais rencontré. Il dirigeait les Sacs Noirs avant ma briève nomination à ce poste.

Bon et vous ? Racontez moi tout.

Il haussa les épaules.

Pas grand chose à dire. Je ne suis libre de mes mouvements que depuis deux moins environ. Mais l'important, c'est ce qui se passe maintenant, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Mer 8 Déc - 18:26

Ah voui bien sur. Beaucoup le croit mort. Un coup de génie de ma part. Et c’est d’ailleurs de là qu’est venu l’alliance de ma famille avec WE. Nous avons d’abord aidé Miss Langley puis l’état Epsilonien. Nous lui fournissons des armes, même si désormais nous développons d’autres commerces. Il faut bien prospérer.

Sur ces mots, elle éclate de rire, comme à une farce qu’elle seule peut comprendre. Lucrezia affiche alors un sourire amusé, plissant des yeux en détaillant l’associé du Phénix.

Monsieur Guslinder ? Racontez moi donc votre histoire !

Elle regarde alors celui qu’elle considère comme un ami.

Je me doute bien que votre demande le concerne. Tu n’aurais pas besoin d’un protecteur pour me voir n’est ce pas ?

Le n’est ce pas est purement rhétorique et le sourire de Lucrezia s’élargit. Elle se sert encore une tasse de café et croise soigneusement ses jambes.

Allons, allons, ne me faites donc pas languir. Monsieur Guslinder, je ne vous ai point encore entendu. Souffririez vous d’une extinction de voix ou notre ami commun vous aurait il… coupé la langue ?

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Mer 8 Déc - 19:04

Ainsi Creedy, le maître des Sacs Noirs n'était pas mort. Etrange que le Phoenix n'en ait jamais rien su, Lisbeth ne lui avait rien dit à ce sujet. Elle l'avait juste nommé à la place de Creedy avant qu'il ne se fasse virer comme un malpropre par Fitzgerald. Le Phoenix était sûr que si on lui avait laissé quelquelques semaines de plus, il aurait pu faire de la SecSpé quelque chose d'exemplaire, toujours aussi violent mais avant tout, efficace et pas qu'une bande de brutes épaisses.
C'était Creedy le lien entre la famille des De Rossi et l'alliance passée avec West-Epsilon, du temps d'Alpha. Quoique d'après ce qu'affirmait l'italienne, ils continuaient à travailler avec la ville, même si le gouverneur avait changé.
Alpha remplacé par Fitzgerald. Hillarant et complètement absurde. Le Phoenix se ferait une joie dans quelques temps de remettre un ordre des choses plus naturels à West-Epsilon. La ville et la Confédération méritaient mieux qu'un Fitzgerald à leur tête.
La mafiosa décida d'interroger Gunslinger qui, il fallait bien le dire, ne parlait pas beaucoup depuis leur arrivée à Vegas. Il avait en revanche, toujours fumé cigare sur cigare, comme s'il ne pouvait jamais tomber à court.

Tu n’aurais pas besoin d’un protecteur pour me voir n’est ce pas ? , lança Lucrezia au Phoenix.

Ce dernier eut une légère moue de dégoût en songeant qu'il pourrait avoir besoin de quelqu'un pour le protéger. Même si c'était un non-sens de penser cela, le simple fait de le formuler le peinait quelque peu.

Je pense avoir assez prouvé mes talents, signorina, lâcha un peu séchement le Phoenix.
Il avait néanmoins fait attention à son ton, plus qu'autrefois en tout cas. Il s'efforçait d'être moins impulsif, de réagir avec moins de violence quand on mettait en doute ses capacités. Mais il n'était guère facile de freiner son immense égo.
L'italienne relança Gunslinger.


Souffririez vous d’une extinction de voix ou notre ami commun vous aurait il… coupé la langue ?
Le Phoenix sourit en repensant à la fin de Juliet, cinq ans auparavant, qui s'était achevée de façon plutôt sanglante. Un souvenir sympathique.

Je ne suis pas muet, affirma l'italien, mais j'aime bien réfléchir avant de parler. Je vous explique mon problème : je veux faire tomber la famille Trapattoni, ici, à Las Vegas et en prendre le contrôle. Je travaillais pour eux avant qu'ils ne me laissent pour mort. Mais je suis du genre de type à avoir la peau dure.

Une ombre de sourire passa sur le visage de Gunslinger.

Le gamin m'a affirmé que vous pourriez nous aider dans cette affaire. Je suis prêt à bien vous payer en retour.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Sam 11 Déc - 10:50

Toujours aussi susceptible. Le sourire de Lucrezia s’élargit encore un peu, si tant est que cela soit possible. Du moins jusqu’à ce que l’ami se mette à parler. Très vite le visage de Lu devient indéchiffrable et neutre. Elle réfléchit, hésite. L’idée lui plait moyennement. Elle se tourne vers son Poussin.

Les Trappatoni sont l’une des grandes familles en question. L’abattre mettrait sans doute fin à la trêve. Et encore abattre est un bien grand mot car les ramifications sont immenses. Elle a de nombreux gangs sous ses ordres.

Le ton est neutre. Elle s’impose de ne pas exprimer d’avis. Pas de suite. La guerre… cela pourrait engendrer un chaos absolu. Cependant, mettre fin à l’une des familles pourrait leur faire regagner de l’influence. Mais pour cela il faut une bonne raison. Pas parce qu’ils ont tenté de tuer un sous fifre. Si cela servait de prétexte, les De Rossi auraient été exterminés depuis bien longtemps déjà.

Ce qui la chiffonnait c’est que ce type qu’elle ne connaissait ni d’Adam, ni d’Eve, comptait la payer. Et comment ? Une guerre dans Las Vegas n’avait aucun prix. A croire qu’il ne connaissait pas vraiment cette ville. Il aurait mieux fait de rester loin et peinard, car là il y laisserait surtout sa peau.


Je dois en référer à la famille. Je vais convoquer un Consiglio pour demain soir. Soyez là pour exposer toute la situation, dans ses moindres détails. Et des preuves. Nous déciderons alors, à la majorité, ce qui sera fait. Je ne peux pas décider seule pour faire face à une grande famille de Las Vegas.

Elle ajoute, comme pour elle.

personne ne le peut.
Messieurs, je ne vous retiens pas. Je dois préparer ce Conseil. Vous êtes libres de circuler ici. Je vais donner des consignes à ce sujet. Si vous souhaitez sortir, je vous recommande d’amener avec vous Marcus… le centurion que vous avez croisé. Il connaît parfaitement la ville et tout le monde sait qu’il travaille pour nous. Je suis votre hôtesse et je me dois donc d’être garante de votre sécurité. Et … de celle de ceux que tu croiserais Poussin.


Alors que l’homme sortait, Lu retient le Phénix.

Poussin, méfie-toi. Il ne ressortira rien de bon d’une guerre. Je ne dis pas que l’idée n’est pas séduisante et offrirait des avantages. Mais ce type là… Qui veut nous payer… il compte quoi ? Reprendre la Famiglia Trappatoni ? Je vais te dire… Il finira les deux pieds devant, soutenu ou non par ma famille. Maintenant si ça peut favoriser ma famille pourquoi pas.

Ceci dit…


Elle esquisse un sourire en coin.

je suis contente de te revoir. Les gens sont si… Fades comparés à nous. D’ici demain soir, on pourrait aller chasser si tu veux. Les proies ne manquent pas par ici. Et s’il y a une guerre, il faut surtout un motif.

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Sam 11 Déc - 11:52

Le Phoenix avait toujours été persuadé que l'idée d'une guerre plairait aux De Rossi, ou du moins, à Lucrezia. Mais il s'était peut-être trompé pour une fois : l'odeur du carnage à venir n'enchantait guère l'italienne, dont le visage s'était fermé. Elle semblait soupeser la situation.
Elle affirma que les Trapattoni étaient une des grandes familles régnantes de Vegas et que les attaquer viendrait à violer la trève.
Le jeune homme ne voyait pas où était le problème : une trève n'était pas un armistice. Un cessez-le-feu pouvait reprendre à tout moment, au bon vouloir des intéréssés. Certes, ce n'était peut-être pas très honnorable mais il fallait savoir faire preuve de qualités particulières dans des situations qui l'étaient tout autant. Et la suppression de l'honneur était une qualité de chef de guerre incroyablement puissante.
Il ne s'agissait pas de gagner dans les règles mais de gagner tout court. La fin justifiait les moyens.
Le Phoenix offrirait Machiavel un de ses jours à son ancienne maîtresse.
Cela dit, elle ne rejeta pas le projet en bloc. Elle promit de convoquer un conseil demain soir où ils exposeraient la situation. Si l'assemblée votait en faveur de la guerre, les hostilités reprendraient.
Le Phoenix se demanda ce qu'ils feraient si les De Rossi ne les suivaient pas. Il haussa les épaules : ils pourraient toujours s'en prendre aux Trapattoni à deux. Après tout, il avait attaqué et enlevé Juliet tout seul, alors qu'elle était protégée par une nuée de gardes du corps.
Elle leur offit ensuite un droit de circuler, tout en leur recommandant aux hommes de se faire accompagner par le centurion en cas d'excursion. Elle se devait de les protéger et comme elle l'ajouta d'une toute petite voix, de protéger les autres du Phoenix.
Gunslinger sortit le premier. Le jeune homme était sur ses talons quand il sentit la main de Lucrezia posée sur son épaule, l'enjoignant de rester encore quelques instants.
Avec son ancien amant, elle fut franche : elle était persuadée que Gunslinger serait tué par ses ennemis, qu'il gagne la guerre ou non.
Elle avait peut-être raison : en temps normal, le projet du mafioso aurait été fou. S'attaquer pratiquement seul à une des grandes familles de Vegas, c'était insensé. Et c'était justement ça qui plaisait au Phoenix dans ce projet. Prouver que grâce à lui, ils pourraient réussir. Un nouvel preuve qu'il valait mieux que l'essentiel de la race humaine.
Puis, pour la première fois depuis quelques minutes, Lucrezia sourit légèrement.


Je suis contente de te revoir. Les gens sont si… Fades comparés à nous.

Il était tout à fait d'accord avec elle.

D’ici demain soir, on pourrait aller chasser si tu veux. Les proies ne manquent pas par ici. Et s’il y a une guerre, il faut surtout un motif

Pourquoi pas ? Une partie de chasse pourrait être très amusante. Prévenez-moi simplement à temps, que j'enfile mon déguisement de Sol, gloussa t-il. Et pour ce qui est du motif...

Le jeune homme sourit à son tour, effleura la joue de l'italienne du bout des doigts.

...j'imagine qu'une stupide flèche perdue qui irait se ficher totalement par accident et par le plus grand des hasards dans le front d'un soldat Trapattoni consiturait pour eux un casus belli acceptable et devant lequel nous ne ferions rien de plus que nous défendre, n'est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 20 Déc - 18:50

Tu as tout compris. Bien sur beaucoup savent que je tire à l’arc mais je passe pour être douée et m’être battue pour la trêve. Bien des gens douteront que j’ai pu tuer au risque d’une nouvelle guerre.

Si tu as besoin de quoique ce soit Chou…

Elle glissa une main dans son dos, sortant une lame fine, souvenir d’un carnage cinq ans plus tôt.

J’aurais de quoi achever notre victime.

Elle lui sourit et le laissa partir sans un autre mot.

Cependant, une fois la porte fermée, son visage prit un air sombre. Cela ne lui disait rien. Las Vegas était en équilibre plus que fragile et les puissances autour lorgnaient de trop près la ville. Ici l’équilibre n’était pas pour la survie des autres mais pour l’indépendance de chacun. Ce serait la fin des vices de tout un chacun si la ville venait à être annexée ou conquise. Pire, l’équilibre des forces autour serait largement modifié. Las Vegas était après tout une plaque tournante où tout le monde pouvait toucher ses bénéfices. Le Mexique, Boston, WE, SF, tous avaient leurs contrats ici. Boston faisait même imprimer des Bibles ici, malgré le fait que peu les portaient dans leur cœur. Mais business is business après tout.

Le fait est qu’abattre les Trapatoni faisait aussi craindre le risque que le déséquilibre vienne soudain de l’intérieur. Il allait falloir la jouer finement car ce Guslinder pourrait bien être à la solde d’une faction ennemie également. Cependant, étrange coïncidence qu’il utilise Poussin pour sa mission.


Elle appuya sur un bouton. Un grésillement puis une réponse lointaine.

oui Miss ?
Va chercher Vini.
Vini ? Mais heu… Oui d’accord.

_________________

Dis moi, tu veux un gros calin Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
In Ill-Song

avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers:
Points de Vie:
Defense:

MessageSujet: Re: Very Bad Trip   Lun 20 Déc - 20:34

Lucrezia confirma son hypothèse. Un accident de chasse serait un motif idéal pour provoquer une guerre. Sans oublier qu'aux yeux du public, la famille De Rossi passerait pour l'aggressée. Nul ne viendrait à contester son droit à l'autodéfense.
Il était important de soigner la mise en scène. Shakespeare n'avait pas tort quand il disait que le monde était un théâtre et que chacun y jouait un rôle.
Il fallait duper le public, le faire adhérer à des fables. Sans qu'il ne se doute de rien, bien entendu, c'était là tout le sel de la chose. Oh, il y aurait bien quelques petits malins dans le tas pour douter mais c'était justement parce qu'ils étaient malins qu'ils ne diraient rien.


Bien des gens douteront que j’ai pu tuer au risque d’une nouvelle guerre.

Alors que vous comme moi serions plutôt prêts à provoquer une guerre pour pouvoir à nouveau tuer, gloussa le Phoenix.

La guerre était une chose merveilleuse et parfaite. Les hommes ne se cachaient plus derrière des masques de bonté et de grands discours. Ils se révélaient être ce qu'ils étaient depuis la nuit des temps : des animaux, s'entredéchirant pour un bout de territoire ou un morceau de viande.
C'était pour cela qu'elle avait si mauvaise réputation. Non qu'elle soit mauvaise en soi mais qu'elle dévoilait le visage de l'humanité comme une lumière crue. Et l'humain haïssait la vérité, préférant vivre dans le mensonge et la tromperie. Envers les autres et avant tout envers soi-même.


Si tu as besoin de quoique ce soit Chou…j’aurais de quoi achever notre victime.

Elle exhiba le minuscule scalpel qui lui avait donné cinq ans auparavant. Il sentit son coeur faire un bond. Elle avait gardé son cadeau ! Voilà qui le remplissait de joie !
Il s'approcha de l'italienne, prit son visage en coupe et rapprocha son visage du sien.


J'aurais bien besoin de vous signorina, pour divers projets...

Mais au moment où leurs lèvres allaient se frôler, il la relâcha et la repoussa gentiment.

...qui peuvent encore attendre pour le moment. Faites-moi savoir quand vous désirez que je vous accompagne à la chasse. D'ici là, passez une bonne journée.

Il sourit, lui fit un clin d'oeil et quitta la pièce. Leur petit jeu du chat et de la souris avait repris, semblait-il, pour son plus grand plaisir. Rester à espérer que l'italienne s'en amuse aussi
Il rentra dans sa chambre et décida de s'accorder une sieste. Après tout, il n'avait que peu dormi depuis le début de son escapade.
Ensuite, il devrait discuter avec Gunslinger, préparer leur stratégie dans le cas improbable où le conseil mafieux refuserait leur stratégie. Mais pour l'instant, il devait dormir un peu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Very Bad Trip   

Revenir en haut Aller en bas
 

Very Bad Trip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives WE S2-