Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 Chambre 218

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Events

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Chambre 218   Dim 26 Déc - 18:42

La véhicule était entré en prioritaire, mais le docteur se demandait toujours pourquoi. Certes, le patient souffrait de quelques blessures, apparemment traumatiques, mais aucune mortelle, ni même grave.

Il fit donc ce qu'il fallait, se demandant encore pourquoi on l'avait tiré de chez lui un dimanche pour un cas qu'une infirmière aurait pu traiter seule.

Et puis, parce qu'il était quand même consciencieux, et qu'il avait donc fait réaliser une certain nombre d'analyse, dont des analyses sanguine, il sentit qu'il avait sacrément bien fait de faire les choses sérieusement. Visiblement, le gars était sous couvert des FSC, sans identité pour lui, mais était bourré de produits plutôt exotiques et détonants.
Dont certaines substances chimiques qui le laissaient perplexes. West-Epsilon n'avait rien de tel en soute.


Après plusieurs coups de téléphone à des collègues, il eut une orientation. Elle le fit hésiter, mais il se résolu à se lancer. Il appela donc un chirurgien, appel dont il se serait passé. Ils n'étaient pas plus amis que cela. Une vieille histoire d'infirmière alors qu'ils étaient en deuxième année, et puis des positionnements de carrière différents. Sans compter que lui avait fait des pieds et des mains pour rester à l'hôpital de West-Epsilon, tandis que l'autre, l'air grandiloquent, avait rejoint Bakersfield, "pour accomplir son devoir de Confédéré". Il ne savait pas trop si ce qui l'agaçait le plus, c'était qu'il ait eu un peu plus de cran que lui ou que, au final, il pourrait en retirer une plus grande renommée, voire la direction d'un service de l'hôpital en prime. Sans parler que ses deux fils pratiquaient avec lui sur le front, ce qui faisait des Mayo une famille bien en vue. Seule exigence du père : que les deux fils ne soient jamais en même temps sur le front. "Pour assurer la descendance Mayo et la survivance des pratiques de chirurgie de guerre", avait-il déclaré dans une interview célèbre. Quel con.

Mais bon, là, c'était pour un patient dont les constantes, aussi stabilisées qu'elles paraissaient, risquaient de décliner très vite.

-Professeur William Worral Mayo ? Docteur Bogdanoff. Oui, Grichka, pas l'autre. Écoutez, j'aurai quelques petites questions concernant un produit décelé dans le sang d'un patient. Il semble que ce produit ait été utilisé pour l'aider à se remettre d'une blessure importante, une double fracture de l'avant-bras gauche et ce que je pense avoir été une dislocation sporadique de l'épaule. Sans parler de multiples contusions, et d'une blessure superficielle par balle.

Et la conversation s'engagea.

Elle était très... intéressante.

_________________
J'aime jouer avec les nerfs des joueurs. Invité, tu seras peut être mon prochain jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Dim 26 Déc - 22:12

<< Avant

Il lui fallut tout de même quelques heures pour distribuer directives et idées pour la suite de la préparation. Personne ne lui posa de questions sur son absence, et le fait que tous n’étaient pas revenus de cette mystérieuse escapade, mais les rumeurs couraient déjà, pas toutes fondées et même parfois des plus invraisemblables. Même si au final de s’être trouvé piégée dans un sous-marin après avoir été capturée par des mareros, canardée à bord d’un avion qui avait sombré en mer, pouvait paraître encore plus invraisemblable que les histoires qui se racontaient en coulisse.

Mais Crystal ne s’en préoccupait guère, pour elle tout ce qui comptait à présent, c’était se rendre à l’hôpital et cette fois, El Bucho ne put l’en empêcher. Tout ce qu’il obtint fut de pouvoir l’y conduire lui-même.

C’est donc une Crystal pimpante et fraîchement maquillée qui fit son apparition dans le hall d’entrée du grand hôpital de Cédar Sinaï. Tout naturellement elle se dirigea vers la réception et réclama le numéro de la chambre de Léo. Elle attendit patiemment que la réceptionniste lui livra le numéro, mais celle-ci fit une grimace et appliqua un sourire forcé sur son visage.

- Désolée mademoiselle, mais nous n’avons personne de ce nom inscrit dans nos registres.
- Pardon ? Mais si !!! J’ai vu l’ambulance qui l’a emmené !! Il ne peut être qu’ici !
- Pourtant son nom ne figure pas sur..

Crystal afficha un air profondément désemparé, mais elle ne renoncerait pas si facilement. Redressant les épaules, elle prit un air déterminé pour demander à nouveau.

- Écoutez mademoiselle, Je SAIS que Léonardo Vinci est quelque part dans cet hôpital. Alors si vous refusez de me dire où je peux le trouver, j’irai le chercher moi-même.

Voyant que la jeune femme s’énervait, et préférant éviter un scandale, elle appela le directeur, pour savoir ce qu’elle devait faire de cette visiteuse particulièrement tapageuse.

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Events

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Lun 27 Déc - 2:13

Finalement, Crystal fut orientée vers le bureau de la directrice, Mary Anton. Ancienne chef du service chirurgie, c'est elle qui avait soigné monsieur Fitzgerald lorsqu'il avait été victime d'un attentat au début de sa carrière. Quand Gladys Monroe avait accédé à de nouvelles responsabilités, Mary Anton avait sans doute bénéficié du bon souvenir de son ancien patient devenu Président. Du moins était-ce qu'on disait. Sauf que le Président n'avait aucun pouvoir pour la désigner directement. En fait, Mary avait tout simplement été celle que le personnel de l'hôpital avait globalement plébiscité, la reconnaissance de la profession médicale pour ses compétences complétant les raisons d'un choix finalement naturel.

Elle reçut Crystal vêtue d'une robe de médecin, car elle avait refusé d'abandonner ses fonctions médicales pour ne faire que verser dans l'administration de l'hôpital, estimant qu'un médecin qui n'exerçait pas ne pouvait qu'être déconnecté des besoins de son hôpital.
Elle refusa cependant l'entrée à El Bucho. Ce fut donc un entretien en tête à tête.

Mademoiselle Dark, je suis enchantée de vous revoir. Je sais, cela fait longtemps, mais je vous ai croisée ici, il y a maintenant cinq ans il me semble. J'ai souvent entendu parler de votre cabaret, qui fait fureur, mais j'ai le regret de dire que je n'ai jamais eu le temps de venir voir un de vos spectacles.

L'entrée en matière n'était pas mauvaise. Faire remarquer à une artiste qu'elle était connue était toujours une bonne chose.

Cependant, Crystal ne se laissa pas démonter, revenant rapidement à la raison de cet entretien.

Mademoiselle Dark - ou madame peut-être ? -, je ne peux accéder à votre demande. Je ne peux pas non plus rentrer dans des détails d'ordre médical sans trahir le secret de ma profession. Vous n'êtes pas de sa famille, ni son épouse ? Non, alors je ne peux que me contenter d'une réponse qui vous déplaira, car insuffisante. Monsieur Vinci est bien ici, mais en zone sécurisée, cela à la demande des Forces de Sécurité de la Confédération. Madame Abbie Mc Donald en personne suit ce dossier et elle seule peut accréditer une personne en visiteur. Sur le plan médical, vous dire que sa vie n'est pas en danger, mais n'est pas encore sauvée, c'est tout ce qu'il m'est permis de faire.

Voyant la tête de Crystal se déconfire, elle posa une main sur son épaule. Il y avait vraiment de la sympathie de sa part pour la chanteuse, et c'est sans prétention aucune qu'elle lui parla, de femme à femme.

Je suis désolée, mademoiselle Dark. Mais sans doute savez-vous ce qu'il a subi...

C'était dit comme ça, mais cela ressemblait à une question-clé. Crystal, rapidement, montra qu'elle était parfaitement au courant des événements de la journée précédente.

Mary soupira, puis, la regardant droit dans les yeux, avec une lueur de sympathie pour la jeune femme, car elle n'avait pas pu ne pas sentir la passion qu'elle mettait dans chaque phrase où elle parlait du patient, elle poursuivit, sans ton prétentieux, mais avec un ton plus chaleureux et le timbre de la confiance qui pouvait peut-être s'établir de femme à femme :

Il semble que vous soyez très attachée à cet homme. Alors je me permettrais un petit écart, entre nous, car je sais que vous bénéficiez de la confiance et de la mansuétude de personnes influentes. Et puis, vous avez été sur cette île avec lui, ce qui fait que vous êtes impliquée, concernée. Bref, mon sentiment personnel est que vous avez le droit d'en savoir un peu plus. Il semble que sur l'île, monsieur Vinci ait été soigné par des Japonais, mais pas seulement dans le but de le rétablir sur le plan médical. Il semble qu'ils aient expérimenté un produit nouveau qui pourrait faciliter l'introduction d'intelligence artificielle, ou de nanossondes. Nous ignorons si les événements ont stoppé leur procédure médicale au stade uniquement de la préparation, ou s'ils sont allés plus loin. Cependant, je peux vous rassurer. Nous le saurons bientôt. Monsieur Vinci devrait être sur pied d'ici deux-trois jours. Je dis devrait, mais il le sera. Il doit remplir une mission majeure pour la Confédération, aussi, nous le mettrons dans les conditions pour le faire. Simplement, vous comprendrez que nous devons nous assurer que ce faisant, il ne représentera pas un danger pour des membres importants de notre Confédération. Je pense que je n'ai pas besoin d'entrer dans les détails. Vous savez de qui je veux parler. En vous disant cela, j'outrepasse mes droits, mais je crois le faire à bon escient. En échange de cet écart, j'attends de vous que vous gardiez ces informations pour vous seule, bien sûr.

Mary lui prit alors les deux mains, comme pour la rassurer.

Soyez patiente, Crystal. Il va bientôt sortir d'ici et en parfaite santé.

_________________
J'aime jouer avec les nerfs des joueurs. Invité, tu seras peut être mon prochain jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Lun 27 Déc - 11:39

102.

Dire qu’elle était déçue le mot était faible. Elle fut brièvement rassurée d’apprendre qu’il se trouvait bel et bien là et qu’elle ne devenait pas folle, mais elle le fut beaucoup moins en apprenant l’état de santé de l’aviator. Cependant la compassion évidente de la directrice contribua à éviter que Crystal ne prit une décision insensée. C’est qu’elle tenait à le voir quand même son Léo.

Beaucoup moins réjouie soudain, elle se laissa tomber dans le fauteuil face au bureau. Que lui avaient donc fait ces gens ? Cette histoire de Nanossondes lui échappait, elle n’y comprenait rien, mais cela ne lui disait rien de bon. Et bien sûr cela lui rappela tout ce qu’Oliver lui avait raconté au sujet des Cyborgs. Était-ce ce que ces japonais avaient fait à Léo ? Mais alors qu’allait-il devenir ? Cette femme lui parlait de le rétablir pour qu’il puisse mener une mission importante, mais cela ne prenait pas en compte ce qui allait advenir de lui. Elle garda un instant le regard dans le vide, pensant à ce qu’ils avaient vécu, à la façon dont Léo s’était trouvé mal… Allait-il changer ?

Elle devait le voir. Crystal leva brusquement ses grands yeux bleus pour les plonger dans ceux de la directrice, expression mêlée d’espoir et d’inquiétude, le ton suppliant, puisqu’elle se montrait aimable, peut-être que…


- Pourrais-je le voir ? Juste quelques minutes ? S’il vous plaît….

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Events

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Lun 27 Déc - 11:56

La directrice secoua la tête.

Je suis vraiment désolée, Mademoiselle, mais je ne peux pas. Vous dire ce que je vous ai dit est déjà une entorse aux règles, qui me vaudrait sûrement une sérieuse remontée de bretelles si les services de sécurité l'apprenaient. Quant à accéder à sa chambre, elle est en zone sécurisée. Il vous faudrait un passe que seuls les FSC peuvent délivrer. Je ne pourrais même pas vous faire passer avec moi : ils surveillent toute la zone avec des caméras.


Elle réfléchit quelques instants.


Mais si vous avez un numéro de téléphone, je peux peut-être vous appeler dès qu'il est sorti d'affaire, et vous dire quand il sera autorisé à quitter l'hôpital.

_________________
J'aime jouer avec les nerfs des joueurs. Invité, tu seras peut être mon prochain jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Lun 27 Déc - 18:03

103.

Crystal sortit une carte de visite de son sac à main qu’elle tendit à la femme.

- Tenez voici la carte du cabaret avec son numéro, demandez à me parler et l’appel me sera transmis. Je n’ai actuellement plus de portable. Merci.

Elle comprenait bien même si cela l’ennuyait au plus haut point qu’elle ne saurait pas aller au-delà de cette décision. Elle ne pouvait que se résigner. Deux trois jours, après tout, elle avait attendu bien plus longtemps par le passé. Elle espérait seulement qu’ils étaient intervenus à temps pour empêcher les japonais de terminer leur expérience… Une idée qui l’horrifiait.
Crystal soupira et se redressa.


- Bien… j’aurais aimé être à ses côtés quand il se réveillera. Mais bon, puisque c’est une question de sécurité… dit-elle sans aucune conviction. J’espère qu’il s’en remettra vite et… qu’il sache que je l’attends. Au revoir madame la directrice et merci de m’avoir reçue.

C’est la mort dans l’âme que Crystal quitta le bureau de la directrice pour rejoindre El Bucho, sans lui accorder aucun commentaire. Elle n’avait plus envie de parler pour le moment et quitter cet endroit en sachant qu’il était ici, quelque part, sur un lit d’hôpital, fut plus éprouvant qu’elle ne l’avait supposé…


>> suite

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer


Dernière édition par Crystal Dark le Jeu 30 Déc - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Mar 28 Déc - 22:36

Deux jours qu'il tournait comme un lion dans sa cage blanche. Il se sentait en pleine forme, mais les médecins semblaient avoir voulu s'évertuer à lui trouver quelque chose.

Il avait même essayé de filer à l'irlandaise le deuxième jour, mais les mecs des FSC l'avaient débusqué en quelques minutes, le ramenant sympathiquement, mais fermement, dans sa chambre.

Le téléphone ne donnait sur rien. Bon, d'accord, il ne connaissait même pas le numéro de Crystal par cœur, et il n'y avait pas de téléphone au hangar. Mais cela l'agaçait, pour le principe.

Le pire était que personne parmi les mecs en blouse blanche n'était foutu de lui raconter ce qui s'était passé après... après son évanouissement, parce que c'est bien de cela dont il s'agissait.

La gueule du chevalier défendant la Princesse ! Il avait perdu connaissance, voilà tout. Et il ne savait pas du tout ce qu'étaient devenus les autres. Une bonne femme était passée et l'avait assuré que Crystal allait bien. Elle lui dit même, à voix basse, que Princesse était venue essayer de prendre de ses nouvelles. Cela aurait dû lui faire plaisir, bien sûr.

En fait, ça lui avait fait E-NOR-ME-MENT plaisir, mais le fait d'être enfermé là avait gâché son plaisir et sa petite fierté masculine. Mais que pouvait-il faire ? Si ce n'est d'attendre tandis qu'on s'échinait à lui faire toute sorte d'examens.



Deux jours...
Deux ttttttttttrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrèèèèèèèèèèèèsssssssssssss longs jours.


Et puis, la bonne femme était revenue. Pour lui annoncer que tout allait bien et qu'il allait pouvoir sortir. Dans une heure.

Elle s'était même permis de se pencher un peu vers lui, révélant la naissance d'une belle poitrine, ma foi, pour lui dire :

Je me suis permis de faire passer un message à votre amie. Je pense qu'elle devrait venir vous chercher. Mais si vous ne voulez pas, dites-le moi. Je veillerai à vous faire sortir discrètement.

Il s'était contenté d'une banale dénégation, ne voulant pas s'ouvrir à une inconnue. Mais son cœur, lui, il avait bondit partout et il avait eu bien du mal à le convaincre de rester à sa place.

Deux jours. Et maintenant une heure.

Une ttttttttttrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrèèèèèèèèèèèèsssssssssssss longue heure.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 0:56

<< avant 108.

Crystal fonça le plus rapidement possible en direction de l’hôpital, manquant emboutir plusieurs fois quelques véhicules trop lents qui encombraient la route. C’est dans un état de nervosité à son comble qu’elle gara enfin sa mustang devant l’hôpital, confiant ses clefs au gars à l’entrée, comme s’il avait été un simple groom d’hôtel.

- Je reviens tout de suite !

Et sur ses talons haute-perchée, robe rouge virevoltante, elle s’engouffra dans le hall d’hôpital, fonçant directement sur la réceptionniste, comme par hasard, la même que l’autre fois. Et avant même que Crystal ait eu le plaisir de lui annoncer qu’elle était venue chercher Léo, cette conne la coupa dans son élan.

- Madame la directrice vous attendait justement.

Et la réceptionniste appela quelqu’un pour la guider jusqu’au bureau de cette dernière. Pff, mais Crystal n’en avait rien à faire de cette directrice, c’était Léo qu’elle voulait voir…..C’était vraiment mettre sa patience, ou son manque de patience à rude épreuve.

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Events

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 13:49

La directrice sentit bien que Crystal était dans un état... pour le moins proche de l'hystérie.

Mais, après quelques rapides paroles de politesse, elle parvint à lui faire passer son message principal.

Nous pensons que les médecins japonais n'ont pas eu le temps de finir ce qu'ils planifiaient. Il a reçu une dose massive de drogues diverses pour le préparer, mais ils n'ont pas eu le temps de passer au stade suivant. Cependant, notre technologie reste toujours inférieure à celle de San Francisco et du Japon. Il se peut que quelque chose nous ait échappé. Vous pourriez nous être très utile si... Enfin, si vous sentez un comportement bizarre ou inhabituel, j'apprécierai que vous m'appeliez. Nous tenterions alors une nouvelle série d'analyses. Mais je crois sincèrement que vous n'aurez pas à m'appeler, mademoiselle.

Et sur ce, après lui avoir remis une carte avec son numéro, la directrice la mena vers la porte de l'ascenseur sous surveillance. Elle passa sa carte d'accès, puis fit signe à Crystal de la suivre.

Elles montèrent au second, accédant ainsi à la zone réservée à la présidence et aux membres du gouvernement.

Ma directrice s'arrêta devant une porte et murmura. Voilà, c'est sa chambre. Je vais vous laisser. N'oubliez pas ce que je vous ai dit tout-à-l'heure, mais ne lui en parlez jamais. Pour sortir, faites juste un signe aux gardes. Ils renverront l'ascenseur vers le rez-de-chaussée. Je suis ravie de vous avoir rencontrée et j'espère ne jamais vous revoir, ce qui signifierait que nous ne nous sommes pas trompés.

_________________
J'aime jouer avec les nerfs des joueurs. Invité, tu seras peut être mon prochain jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 14:49

109.

Ce qui prenait des airs de jolies retrouvailles, perdit soudain de son éclat, tandis que Crystal écoutait le discours de la directrice. Qu’elle devrait faire attention à tout comportement étrange, paraissait encore quelque chose de naturel à lui demander, vu la situation. Mais quand la directrice lui demanda de ne rien en dire à Léo, là ce fut une autre histoire. Car Crystal n’avait pas du tout, mais alors pas du tout envie de cacher quoique ce soit à Léo. Pourquoi ne l’avaient-ils pas mis au courant de ce qui lui arrivait ? N’était-ce pas la moindre des choses à faire après avoir découvert qu’il avait été utilisé comme cobaye par ces Japonais? Et qui plus est, ils attendaient d’elle qu’elle continuât à garder le silence. Mais ça Crystal ne pouvait le concevoir. On n’agissait pas en douce dans le dos de son…. Petit ami, fiancé ou bref… ça ne se faisait pas, du moins pas pour elle qui malgré tous les défauts qu’on pouvait lui prêter, restait une personne avec tout de même quelques principes.

Et puis ce serait jouer le jeu de ces japonais, utiliser l’aviator comme un cobaye à son insu. Non ça, il n’en était pas question. Mais comme la seule idée de Crystal était pour le moment de le faire sortir de là, elle répondit par un hochement de tête, cachant sous un masque souriant, le ressentiment qu’elle avait soudain pour ces gens.

Devant la porte de la chambre d’hôpital, Crystal retrouva un peu de son sourire et la joie de le revoir. Et quand elle poussa la porte, le trouvant debout au milieu de la pièce, paré à partir, elle oublia aussi ce qu’elle venait d’entendre, pour murmurer son nom et se jeter dans ses bras.

- Léo…. Tu m’as tellement manqué.

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 16:27

Léo avait bondi quand Crystal était entrée. S'il s'était attendu à cela !

Il la reçut dans ses bras un brin déconcerté, avant de la serrer avec force et vigueur !

-"Crystal ! Je ne savais même pas avec certitude si tu allais bien. Ils n'en savaient rien. Ils ne pouvaient rien me dire... Je..."

Un instant pour se reprendre, puis il retrouve ce sourire énigmatique avant de lui passer la main dans les cheveux. Puis il s'écarte, en prenant les mains de la jeune femme et la contemple dans sa tenue rouge.

-"Si tu avais eu ce genre de tenue sur l'île, les Japs n'auraient jamais pu te résister ! Tu es... magnifique, tout simplement !"

Puis il la ressert encore dans ses bras. Sentir son cœur vibrer à l'unisson du sien, sentir son odeur, même si perdue derrière celle des cosmétiques et de son parfum.

-"Crystal, je suis si content..."

Il penche alors la tête et l'embrasse, en essayant de ne pas laisser s'enflammer ses sens. Ce n'était pas le lieu et le fait que la directrice les observe - il l'avait observé du coin de l'oeil - n'était pas pour l'encourager !

Quand enfin leurs lèvres se séparent, il dit encore.
-"Je t'aime Crystal. Je... Je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 17:38

110.

Ils n’en savaient rien ? Tu parles, ils n’avaient rien voulu lui dire, oui. Ce que Crystal ne comprenait toujours pas mais, pour l’instant elle s’abandonna dans ses bras et apprécia fort l’accueil qu’il lui fit, rougissant presque sous les compliments. Elle faillit lui avouer que s’ils avaient su qu’elle ne portait rien en dessous, peut-être qu’elle aurait encouru plus de risques encore ? Au lieu de quoi il lui avoua une nouvelle fois ses sentiments, sachant ainsi la faire fondre dans ses bras, mieux que ne l’aurait fait n’importe quel compliment.

Les yeux brillants, elle lui sourit, répondant timidement à ses aveux.

- Je t’aime aussi, Léo.


Et pour sceller ces mots, elle l’embrassa encore, le cœur bondissant de plus belle dans sa poitrine, avant de sentir qu’il se raidissait. De tout son corps et uniquement parce que la directrice les observait, contrairement à ce qu’on pourrait penser ( ) . Crystal vit alors à travers la vitre de surveillance, la femme qui se détournait, et s’écarta, gardant les mains de l’aviator dans les siennes.

- Je suis venue te ramener …

Elle marqua une légère hésitation, elle avait failli dire chez eux, mais ils n’avaient pas de chez eux, et puis le clan des irlandais devait attendre des nouvelles avec impatience.

- …chez toi, si tu es prêt ? J’ai envie de t’emmener très vite loin d'ici, on ne sait jamais d’ici à ce qu’ils changent d’avis.

Elle lui sourit avec malice et regarda autour d’eux, s’il avait quelconque objet à récupérer.

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 20:32

Mais en fait, Léo était arrivé ici avec un uniforme de capitaine de sous-marin japonais. On lui avait remis une tenue classique, jean, chemisette et un pull.

Tout le reste, son blouson d'aviateur, ses lunettes de soleil, tout cela... Ben, c'était quelque part au fond de la mer.

Il n'avait donc rien et ils quittèrent aussi rapidement que possible l'aile sécurisée puis l'hôpital, non sans que la directrice parvienne à glisser à Crystal, à part :

souvenez-vous de ce que je vous ai demandé. C'est pour lui. S'il est... Enfin, il ne s'en rendra pas compte seul et de toute façon, il niera changer, si ce qu'on m'a dit est juste. Si vous l'aimez, vous le sentirez très vite différent. Téléphonez-moi alors.

Ils montèrent dans la voiture de Crystal, Léonardo se contentant du siège passager. Et pour cause, il ne savait pas conduire.

Crystal lui demanda alors où il voulait aller.

Ah ben merde, tiens. Il n'y avait même pas réfléchi.

-"Et bien... Je ne sais pas... Enfin, je veux dire, là comme ça, j'aurai envie de dire, dans un coin perdu où il n'y a ni latino, ni japonais, ni rien... Mais en fait, j'aimerais aller au hangar. C'est finalement un coin tranquille et... Je ne me souviens de rien Crystal. Je veux dire, notre fuite, le sous-marin, notre folie dans la cabine alors que les japonais s'apprêtaient à partir, tout ça, je m'en souviens. Ensuite, c'est vague. Tout est dans une sorte de brume. Je crois... Je crois avoir braqué une arme sur toi, et puis il y avait l'autre fille, celle avec qui je travaille souvent, et puis des mexicains méchants, des gentils et enfin mes potes en kilts... Je ne sais pas trop ce qui s'est passé. J'ai besoin qu'on me raconte. J'ai vu Kenny là-bas, alors il saura me dire, je suppose."

Il avait un ton très malheureux pour raconter tout cela, le même ton qu'il avait eu quand il lui avait demandé pardon. Dans ses yeux, elle put voir que, ça, il ne l'avait pas oublié. Pire, elle pressentit que cela le rongeait, insidieusement, sans qu'il s'en rende compte peut-être.

Et puis, un grand sourire éclaira son visage pourtant fatigué, malgré 3 jours de repos forcé. Il fixa Crystal et cette fois, ses yeux se firent pétillants.

-"Et puis, on est tranquille là-bas. Y'a...ma chambre, mon coin à moi. Et personne pour venir frapper à la porte toutes les deux minutes."

Alors qu'il venait de finir de parler, une voiture noire, longue, la voiture habituelle de la jeune femme se gara presque au frein à main juste à côté d'eux. En tout cas, en faisant largement crisser les pneus.

-"Oh, non, on va pas devoir se trainer encore le gorille-mutant, Princesse !", geignit Léonardo en regardant El Bucho descendre, visiblement contenant une grande colère, de la dite voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Jeu 30 Déc - 21:14

111.

Crystal serra le poing alors que la directrice la relançait une dernière fois. Mais zut, elle n’avait pas envie de penser à ça pour le moment. Elle gâchait son tableau si parfait, et à vrai dire, Crystal tremblait qu’elle puisse avoir raison, car dans ce cas…..

Elle inspira profondément, refusant d’affronter cette éventualité. Et suivit Léo jusqu’à la sortie de l’hôpital. Une fois qu’ils furent installés dans la mustang, Crystal s’apprêtait à remettre un petit cadeau à Léo quand ce dernier évoqua les derniers évènements. Finalement, ça l’avait plus bouleversé qu’elle et Crystal aurait bien aimé chasser cette culpabilité qu’elle avait pu lire sur son visage.


-"…Et puis, on est tranquille là-bas. Y'a...ma chambre, mon coin à moi. Et personne pour venir frapper à la porte toutes les deux minutes."


A l’évocation de sa chambre, Crystal sentit une douce chaleur envahir son bas-ventre. Le mot ne manquait pas de provoquer tout un tas d’image et à chaque fois qu’elle repensait à ce qui s’était passé dans le sous marin, elle sentait le désir la brûler de délicieuse manière. Mais le cours de ses pensées fut brusquement interrompu par l’apparition d’El Bucho. Ah ben bien sûr, il l’avait suivie ! Enfin il savait parfaitement où elle se rendrait.

-"Oh, non, on va pas devoir se trainer encore le gorille-mutant, Princesse !",
- no soucy, répondit Crystal avant de se pencher pour saisir un objet dans la boîte à gant et de le donner à l’aviator. Il peut bien me suivre, s’il veut, mais il ne nous ennuiera pas, je te le garantis.

Elle lui fit un joli sourire, tandis qu’il tenait dans ses mains ce qu’elle avait retiré tout à l’heure avant de monter le rejoindre… une petite culotte de rien du tout…Voilà qui annonçait la couleur, rouge oui bien sûr, assorti à sa robe.
Il ne lui restait plus qu’à imaginer le pourquoi du cadeau, tandis que Crystal appuyait brusquement sur la pédale de gaz et lançait la mustang à fond de train en direction de l’aéroport, regard pétillant qu’elle posait de temps en temps sur Léo.

El Bucho gronda dans sa voiture, tandis que sa protégée le semait à nouveau. Elle était si imprudente, et c’était ainsi depuis qu’elle avait rencontré cet aviator.
Il devina qu’elle n’avait pas fini de lui en faire voir.


_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Dim 2 Jan - 12:24

Léonardo resta un moment à regarder, incrédule, le petit morceau de tissu qu'il avait en main... avant de comprendre.

Il leva un sourcil interrogateur vers Crystal, mais son sourire plutôt chaud le rassura quant à ses intentions.

Ce qui le rassura moins fut la façon de conduire, plutôt sportive, de la jeune femme. Il n'avait jamais aimé être en voiture, raison sans doute pour laquelle il n'avait jamais voulu apprendre à conduire. Il manquait une dimension à cette affaire et puis, il y avait beaucoup plus de mobiles en mouvement qu'il n'en rencontrait en l'air.

En fait, pour tout dire, il était un peu tendu. Nerveusement, s'entend. Regardant de nouveau le petit morceau de tissu, il se tourna vers Crystal.

-"Ne serais-tu pas inquiète sur mon état de santé ? Craindrais-tu que quelque chose ne tourne plus chez moi ?"

Et ce disant, il laissa sa main venir sur le genou droit de la jeune femme, et, doucement, il se mit à remonter sous la jupe, glissant d'abord sur la soie avant de venir sur la peau douce et chaude. Il laissa sa main là, juste là, profitant de ce qu'il ressentait au bout des doigts, ne poussant pas encore plus loin son avantage.

Il sentait le souffle de Crystal s'accélérer, autant sans doute par le fait de conduire à toute vitesse dans une circulation plutôt dense, et par la présence de cette main qui l'effleurait.

Léo se pencha alors vers elle, l'embrassant dans le cou, lui susurrant à l'oreille.

-"Ah, mais, Princesse, je peux te garantir, que je me sens en pleine forme. Même si je pense qu'il faut pousser plus avant la vérification clinique du phénomène..."

Et ce disant, sa main progressa de quelques centimètres de plus, venant jouer avec le désir de Crystal qu'il avait bien lu dans ses yeux. S'il avait eu des doutes, à ce qu'il ressentait au bout des doigts et au souffle de Crystal, il sentit bien qu'elle désirait cette union.

Lui-même était loin de rester insensible à ce qui n'était au départ qu'une réponse au jeu initié par Crystal avec son cadeau. Ses attouchements se dirent plus appuyés, jusqu'à ce qu'ils manquent écraser une pauvre dame. C'est par un grand coup de valeur, et un freinage faisant hurler les pneumatiques que Crystal réussit à l'éviter.

Le cœur battant la chamade, Léo retira sa main, se renfonçant, l'air peu rassuré, dans son fauteuil.

-"Euh... Je crois qu'on va essayer de rester sage jusqu'à l'arrivée, hein ? Je viens de sortir de l'hôpital ou de la prison, je ne sais plus trop, et je ne suis pas pressé d'y retourner...", ironisa-t-il.

Le reste du trajet se déroula donc plus sagement, même si la main de Léo resta accrochée au genou de Crystal. Accrochée, c'était bien le mot tant il était un peu stressé par la façon de conduire de la jeune femme.

En quelques mots, ils se mirent au courant des événements pendant les trois jours, Léo racontant aussi son calvaire à l'hôpital, succession d'examens auxquels il ne comprenait rien puisqu'il se sentait en pleine forme.
Il mit aussi Crystal au courant qu'on lui avait confirmé pendant son séjour qu'il allait devoir repartir en mission sous deux ou trois jours. La femme qui était venue les sortir de l'île devaient lui confirmer la date exacte.

-"Je serais assez loin, à plus de 12 heures de vol d'ici. Je pense que je serais absent trois ou quatre jours au total. Mais pas d'inquiétude, c'est un voyage plus tranquille que d'habitude. Je ne devrais pas me faire tirer dessus cette fois ! Et puis, a ninja sera avec moi. Elle a tendance à me sauver souvent la vie."

Quand Crystal s'étonna qu'il reprenne un avion, puisqu'il était censé être au fond de la mer, Léo sourit.

-"Nous en avions deux de ce type. Mais l'autre a un problème de turbo. Il sera moins puissant, mais il volera. J'ai deux jours pour voir ce qu'on peut faire, mais je ne suis pas optimiste. Pas de raison qu'on fasse mieux qu'en plusieurs semaines. Le seul truc, c'est sa livrée... Elle est un peu différente de l'autre. Mais... Enfin, pendant que Kenny et les autres vont se défoncer sur le moteur, j'ai deux jours pour finir la livrée. Le Président... Ben, on verra s'il apprécie de voyager dans un tel avion ! Mais en attendant, c'est ça ou rien."

Devisant ensuite du spectacle de Noël, auquel il ne pourrait hélas participer, car il serait alors en mission, ils en vinrent au spectacle prévu à Bakersfield. Ils furent d'accord pour dire que leurs récentes escapades et aventures avaient un peu relégué en arrière-plan la préparation, mais il allait falloir s'y mettre.

-"J'ai calculé une heure pour Bakersfield. Enfin, c'était une estimation, parce que depuis, j'ai perdu les cartes. Mais elles sont forcément dans le hangar. J'ai du les ranger au mauvais endroit, même si ça m'étonne de moi. Enfin, bref, cela veut dire que je peux faire au maximum trois allers-retours en une journée, le quatrième aller pouvant être pour toi et disons deux-trois personnes max en plus. Il faut donc que tout le reste dont tu aurais besoin tienne en trois trajets. Matériel et personnes comprises. A moins que tu ne pousses le matériel par la route en camion ?"

Partant de cette idée, ils discutèrent encore des options possibles pour finir par arriver au hangar.

Crystal se gara prêt de l'entrée et quand Léo descendit, elle réalisa alors qu'elle avait oublié de lui parler d'un détail majeur.

C'est la vue de Kenny, en grande tenue d'apparat de Highlander, qui lui rappela que des irlandais étaient morts sur l'île d'Avalon. Et elle avait oublié d'en parler à Léo...

Elle sentit au froncement de ses sourcils, à la légère crispation de tout son corps que ce dernier venait de comprendre que Kenny ne serait pas dans cette tenue sans raison.

Pourtant, les retrouvailles furent chaleureuses, les survivants venant saluer le retour de l'enfant prodigue. Crystal fut associée à ces sympathiques retrouvailles, preuve, s'il le fallait, que les irlandais ne lui tenaient pas rigueur de la mort de certains des leurs pour venir les tirer du merdier dans lesquelles ils s'étaient retrouvés, bien malgré eux.

Mais Léo ne tarda pas à réaliser qu'il y avait des absents. Alors, Kenny le prit par l'épaule et l'amena un peu à l'écart. En quelques mots, il raconta sa version de l'histoire, insistant surtout sur la bravoure de ceux qui étaient tombés, et éludant les histoires à cent balles avec la conne.

Quand il revint vers Crystal, Léo accusait le coup. Jusque-là, l'île d'Avalon avait été une mésaventure dans laquelle il n'avait eu l'impression de risquer que sa vie. Maintenant, c'était une tragédie qui lui reprojetait avec force la scène où il avait failli tuer Crystal.

Il prit la jeune femme par la main et la tira un peu à l'écart.

-"Princesse, je... Je suis désolé. Là, je suis plus vraiment d'humeur. J'ai perdu des amis très chers, mais sans doute le savais-tu...Moi, je viens de l'apprendre. Ils les ont incinéré aujourd'hui, à la mode irlandaise. Enfin, c'est compliqué, mais chez eux, dans leur pays, le virus a eu un effet bizarre. Les gens ne peuvent plus mourir. Ils se transforment en créatures sans volonté, amorphes, qui se détériorent morceaux par morceaux, et... Enfin, bref, pour éviter cela, ils veillent à brûler leurs morts. Et ce soir, ils ont prévu de leur rendre hommage. C'est... Enfin, ça va être un peu tendu. Pour faire simple, rendre hommage chez eux, ça consiste à se prendre une méga-cuite et surtout à se battre en l'honneur de la bravoure de ceux qui sont tombés. Et là, ils sont fermement décidés à se faire du latino. Je... Je peux pas les laisser seuls, tu comprends ? Ils vont faire des conneries si je ne suis pas là. Enfin, c'est pas ce que je veux dire. J'pourrais pas les empêcher de toute façon. J'pourrais juste essayer que ça n'aille pas trop loin. Kenny, ou Mickey... j'suis le seul qu'ils écouteront encore une fois pleins comme des irlandais en deuil. J'avais rêvé de ce moment, entre nous, seuls... Avoir le temps, prendre le temps... Mais c'est pas possible ce soir. J'te dirais bien que tu peux venir, mais ce ne sera pas beau à voir. Et puis, là où tu seras, ton ami garde-du-corps pourrait se radiner et vu qu'ils vont défoncer la gueule à tout ce qui ressemble de prés ou de loin à un mexicain, un latino,... Enfin, tu as compris. Ils ne vont pas faire dans la finesse. Ils sont venus nous sortir sur l'île et certains l'ont payé de leur vie. Je leur dois de veiller sur eux... Tu comprends, Princesse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Syragane

Green Z
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Tactile
Points de Vie: 12
Defense: PHY17-MEN16

MessageSujet: Re: Chambre 218   Dim 2 Jan - 18:29

112.

Son état de santé ? Pendant un instant, Crystal s’était retrouvée sans voix, ne sachant quoi lui répondre, particulièrement après l’avertissement de la directrice de l’hôpital. Mais elle comprit bien vite qu’il s’agissait de toute autre chose et la suite, la suite lui prouva qu’il était risqué de faire autre chose tout en conduisant, même si elle ne faisait rien, mais le résultat était le même. Elle eut sacrément du mal à rester concentrée sur la conduite et quand il cessa, elle était à deux doigts de chercher un endroit tranquille pour se garer. Bon…de la patience oui, ils auraient le temps ensuite chez lui, à l’aéroport.

Seulement non, ce n’est pas du tout ainsi que ça se passa et si la tenue des plus étranges que portait Kenny la surprit, elle qui n’avait jamais vu d’Highlander de sa vie (même pas le film !), la fin du discours de Léo eut encore plus d’effet, mais pas des plus positifs. Il lui demandait de comprendre….. oui il avait perdu des amis, mais ils n’avaient pas eu le temps de les enterrer, enfin de les brûler pendant que Léo était à l’hôpital ? Il fallait que ça tombe le jour où elle le retrouvait enfin. Alors non, elle ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir de la peine pour ses amis disparus. Seulement la façon dont il lui présenta ça, faire la fête, se prendre une cuite, bagarres à gogo et dieu seul savait quoi encore, des filles oui tiens pendant qu’on y était. Et bien inutile de dire que cela ne lui plut pas du tout et qu’elle n’avait du coup pas du tout envie de se montrer
compréhensive.

Au contraire, dire qu’elle était déçue, ce n’était rien à côté de ce qu’elle ressentait, et sans doute Léo put-il le voir sur son visage, même si Crystal s’efforçait de ne pas réagir à chaud… ne rien dire, il avait perdu des amis, c’était normal.. OUI mais dans ce cas.. Non mais bon des irlandais..oui mais elle ? Elle passait donc APRES ses amis. Oui mais ses amis étaient morts, pas elle. Et alors ? Elle avait failli mourir aussi et en plus à cause de lui……

Crystal se détourna brusquement, n’arrivant pas à gérer tout ce qu’elle ressentait. Tant de déception, de se faire jeter ainsi alors qu’elle avait tout lâcher pour venir le chercher, qu’elle s’était tant inquiétée pour lui, qu’ils ne l’avaient pas laissée le voir, et à présent il lui demandait gentiment de rentrer chez elle ?.. Tout ça parce qu’il pensait que ces grands nigauds ne sauraient pas se débrouiller sans lui ? Et elle alors ?

ET bien oui, elle était égoïste parfois, surtout quand l’homme qu’elle aimait, était un aventurier toujours en vadrouille… Et là elle comprit que ce serait toujours ainsi…. Qu’elle devrait se contenter d’un petit moment entre deux vols… l’oiseau ne restait pas souvent au nid…. Il venait de le lui dire du reste.. un voyage bientôt. Et ce serait quand la prochaine fois qu’elle le reverrait ?


- C’est quand que je te reverrai ?.... Demain et après demain, si j’ai bien compris, tu vas avoir ton avion à réparer, ce soir tes amis à t’occuper, après, tu pars plusieurs jours, après, ….après il nous restera quoi, Léo ?


Elle soupira, toujours le dos tourné.


- Mais bon, tu as tes amis…je comprends que tu sois triste de les avoir perdu, bien sûr…. Alors je vais y aller et … et ma foi tu sais où me trouver.

_________________


Spoiler:
 

Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.apirateslife-alviants.com/portal.php
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Chambre 218   Dim 2 Jan - 22:11

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre 218   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chambre 218

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives WE S2-