Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 En approche de West-Epsilon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar


MessageSujet: En approche de West-Epsilon   Lun 31 Jan - 22:55

Avant, voir l'histoire d'EkO

Ethan Smith dort, du moins en apparence, porté par ses songes, il essaie de comprendre comment il aurait pût éviter cela. Il refait sa vie, se remémorant chaque détails de ce qui a fait l’homme qu’il est aujourd’hui. A quel moment aurait il dû changer d’orientation ? A quel moment, il aurait pût faire marche arrière et fuir sans risquer sa vie. Alors il inventorie. Tout c’est déclenché le jour où il a obtenu sa bourse d’étude ? Non il était bien trop jeune et sans celle-ci, ca vie aurait de toute façon était un enfer…Alors peut être le jour où la compagnie est venue le recruter ? Oui à ce moment il aurait peut être pût faire quelque chose, leur balancer le contrat à la figure et rester…et rester sans travail. Aucun labo ne serait venu le chercher après un refus pareil. Et puis il s’était épanoui dans ce travail, avait prit de l’assurance et du galon rapidement. Tiens peut être que le problème était là en faite. Il avait pris des responsabilités et ce n’est qu’à ce moment que sa vie à vraiment commencé à déraper. Les nuits blanches à travailler, à pousser plus loin ses équipes, se séparer des éléments faibles…mais il avait pourtant gagné le droit à ce moment de devenir le n°2 du labo derrière le professeur Harms.
Était ce cette rencontre qui avait mis un point d’arrêt à sa vie d’homme « libre » ? Non, il aurait pût fermer les yeux sur les tests pratiqués et cela aurait été différent ! Il aurait dû fermer les yeux, ne pas crier au scandale sur cette affaire…pourquoi n’avait il pas réussi à la fermer, simplement la fermer…
Sa conscience aurait certainement prit le dessus dans ce moment de tourmente pour lui rappeler que son geste, n’avait rien apporté en soit mais que lui, avait sauvé son âme en refusant de courber l’échine.
Pourtant rien ne se passe de ce côté, car une information tambourine ses tempes et sa cage thoracique, une information vitale qui cherche par tout les moyens à prévenir ce corps qu’il court à sa perte.
Ethan se sent mal, il a l’impression d’être dans les montagnes russes, il monte et descends sans arrêt, une sensation de froid le saisie. La douleur dans sa poitrine s’accentue et soudain il comprends, l’air, il manque d’air ! L’instinct lui fait reprendre conscience et ouvrant la bouche, il cherche à aspirer le maximum d’oxygène possible. Pourtant, au lieu de l’air qui chatouillerait sa gorge et ses poumons, un liquide salé emplit soudainement sa bouche.
Cette fois, il est totalement éveillé, il parvient à sortir la tête de ce liquide poisseux et crachant tant qu’il peut, se débat pour sortir de l’élément qui l’entoure.
Regardant autours de lui, il comprend le mouvement qui le berce depuis que peu à peu, il reprend le contrôle. L’océan l’entoure, les vagues le transportent comme un fétu de paille. Dérivant la tête dans l’eau, Il a simplement failli se noyer.
Il ressent une immense fatigue soudainement, des crampes le brisent au niveau des jambes et bras, ralentissant ses mouvements qui le maintiennent à la surface de cette eau puant l’essence.
Un radeau de fortune fait de métal passe à moins de 4 mètres de lui. Sa dernière chance. S’il rate cette opportunité, il coulera, il le sait. Rassemblant ses dernières forces et tentant de mettre une barrière mentale contre cette douleur qui l’emplit. Avec difficultés, il aborde une nage loin d’être académique.
Les vagues lui donnent cette impression que le radeau s’éloigne plus vite qu’il ne nage mais pourtant après avoir lutté quelques minutes interminables, il touche enfin le métal froid. Attendant qu’une vague propice le décolle, il s’affale sur le radeau, vomissant le litre d’eau qu’il a avalé.
Allongé sur le dos, il regarde à demi conscient les étoiles de cette nuit noire qui a failli être sa dernière. Roulant sur le côté, poussé par un nouveau vomissement d’eau de mer, il constate avec effroi que la mer est en feu à divers endroits dans un rayon de 200 mètres. Des morceaux de divers matériaux dérivent ci delà. Ses narines captent une odeur de brulé très net. Il perçoit quelques cadavres dérivant également. Un grondement sourd puis un craquement le font se retourner. Derrière lui, une gigantesque masse sombre est en train de s’enfoncer dans l’eau. Un cargo, et de bonne taille. Il distingue sur divers endroits de la coque qui disparait, des traces particulières, comme ci la coque avait fondue en pleine mer.
Il est seul, au milieu de ce qui semble être un naufrage. Pourtant, il ne sait pas ce qu’il fait là. Son cerveau a court-circuité sa mémoire afin de le sortir des réflexions dans lesquelles il était perdu et qui l’auraient tué par noyade.
Maintenant le cargo a disparu, laissant place au vide. Il distingue au loin, des points lumineux de ce qui semble être une ville. Quoi que ce soit, c’est bien trop loin pour espérer la rejoindre. Il se rassoit et s’allonge même, tant la fatigue est grande. Pensant s’endormir, il s’est en faite évanoui.


Une heure est passée depuis que le cargo s’est abimé en mer. Le jour commence à pointer à l’horizon. Un point noir au loin approche à grande vitesse au raz de l’eau. Il s’agit d’un hélicoptère, un hélicoptère militaire à en voir l’armement. Des faisceaux lumineux balaient l’étendue mouvante à la recherche d’éventuels survivants.
A son bord, le professeur Harms observe sans mot les flots et les derniers restes du navire encore en feu.
Un militaire s’approche de lui et lui montre du doigt par la porte latérale ouverte un endroit bien précis avant d’activer l’émetteur de son casque audio.


Pschhhhhhhhhhh Professeur ? pschhhhhhhhh
Le professeur acquiesce
Pchhhhhhh Professeur, d’après le GPS, le bâtiment à coulé ici pchhhhhhh que cherche t’on ? pchhhhhh

Le professeur finit par répondre

pchhhhhh D’éventuel survivants Colonel, d’éventuels survivants… pschhhh
L’un des assistants du professeur du nom d'Hawel, assit plus en recul dans l’appareil s’approche de lui et afin de ne pas se faire entendre des 5 hommes du commando qui les accompagne, griffonne sur un morceau de papier

Spoiler:
 
Le professeur prends le papier et le crayon et après un instant rature le mot et rends le papier à son subalterne qui s’empresse de le lire

Spoiler:
 

Le scientifique blêmit légèrement et retourne s’assoir au fonds de l’appareil.

Le casque crépite à nouveau

Pschhhhh Monsieur, on a quelque chose ! pschhhhhh

Prenant les jumelles thermiques que lui tend le colonel, Harms observe la petite masse qui dérive en direction des côtes de West Epsilon.
Un rictus apparait sur son visage et il tend les jumelles à son assistant Hawel qui s’empresse de brancher son casque.


Pschhhhh Professeur, il est vivant. D’après les jumelles thermiques, il n’est pas loin de l’hypothermie mais vivant, on le récupère ? pchhhhh

Le Colonel ayant également entendu la question en attends la réponse, prêt à lâcher ses hommes pour récupérer l’homme dérivant sur un radeau de fortune.

Le regard toujours plonger vers l’embarcation, le professeur finit par secouer la tête


Pchhhhhh Non, on le laisse ici pchhhhhhh

L’assistant tente de raisonner son supérieur avec un faible

Pschhhhh Mais profess… Pschhhhhhh

Harms n’a pas eu besoin de parler pour remettre l’assistant à sa place, seul le regard qu’il lui lance suffit. Il ajoute tout de même

Pschhhhhhhhh Le courant l’emmène là où nous voulions qu’il soit. Pschhhhhh nous ne changeons donc rien ! pchhhhhhhhhhh

[color=white]Se tournant vers le Colonel

Pschhh Contacter notre équipe infiltrée sur place, qu’elle commence la surveillance du sujet pschhhh

Le colonel passe sur une autre fréquence et donne ses ordres avant de revenir vers le professeur

Pschhh Monsieur ? Le jour est net maintenant, nous devons partir, le risque d’être découvert ici s’accroit de seconde en seconde ! Pschhhh

Après un dernier regard sur l’embarcation, il répond


Pschh Bien rentrons ! pschhh
Et l’hélicoptère s’éloigne vers San Francisco laissant le sujet EkO 1 en direction de la plage de W-E
Revenir en haut Aller en bas
 

En approche de West-Epsilon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives WE S2-