Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 Le concert de Bakersfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mille Visage

MJ/PNJ



Feuille de personnage
Signes particuliers: surtout pas
Points de Vie: 11
Defense: 14-15

MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Lun 23 Mai - 16:18

139.

Glaciale, Thunder rétorque du tac au tac, sourde à la demande du président.

- Le problème avec des gars comme toi, on pourrait leur mettre leur propre merde sous le nez qu’ils nieraient en être l’auteur. Plus facile de renvoyer la faute sur les autres, c’est pas digne d’un guerrier !

Cette dernière phrase entendue mainte fois dans sa vie, agit à double effet. C’était cette ordure de Mc’arthy qui …. Non, encore une fois, elle fait mur et chasse ses souvenirs. Elle, c’est une professionnelle, la meilleure de sa classe, pas cette vermine de petits rebelles de merde. Il peut bien lui dire ce qu’il veut, elle n’a pas à se justifier face à lui. Elle se tourne vers le président :

- A votre service, monsieur le président. Que fait-on à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Lun 30 Mai - 12:34

Le ton du Président était un peu bizarre à vrai dire, comme s’il manquait un peu d’assurance, chose inhabituelle chez lui.

-« Mademoiselle Reese, je suis persuadé que monsieur Vinci n’est pour rien dans ce qui nous est arrivé, tout comme je suis persuadé que cela ne doit rien non plus au hasard. Mais je n’ai que peu de temps et j’ai des choses importantes à vous dire… »

Le ton grave, la voix lente fit froncer les sourcils à ses deux interlocuteurs. Comme s’il avait compris leurs inquiétudes et questions, il écarta alors la main qui tenait fermement son ventre, dévoilant une tâche noirâtre qui ne cessait de s’agrandir. Alors que Thunder s’apprêtait à réagir, il l’arrêta d’un signe de main.

-« C’est inutile. Je ne ressens rien, et je sais ce que cela signifie. La balle est passée à travers la carlingue et j’ai le dos criblé d’éclats métalliques dont certains ont percé l’estomac. Dans quelques minutes, l’acide de ce dernier commencera à s’attaquer aux organes bas et rien, aucun médecin, n’y pourra rien, sauf à alléger ma douleur. Mais cela, à défaut de médecin, vous reviendra mademoiselle Reese. Bien, maintenant écoutez-moi bien. Après tout, ce sont les dernières volontés non seulement d’un homme mais du Président des Etats-Unifiés. Ma mort devra rester secrète le plus longtemps possible. Je ne sais pas comment vous allez faire, monsieur Vinci, mais vous allez réparer ce foutu avion et nous ramener le plus rapidement à West-Epsilon. Une fois là-bas, mademoiselle Reese, vous prendrez contact avec le Gouverneur de Californie du Sud. C’est à lui que vous annoncerez en premier mon décès en lui signifiant que je veux qu’il me succède. Il est le seul à partager une partie de ma vision et à pouvoir la développer. S’il s’étonne que je dénie ce droit à Nadia Isenstein, vous lui direz que c’est parce que j’estime que si elle est une excellente seconde, capable de mettre en œuvre tout pour la réalisation des décisions d’un Président, elle manque toutefois de cette capacité à la négociation, à la compréhension et au compromis qui, seuls, peuvent permettre de maintenir les liens entre les différents Etats. Je ne doute pas que, si elle devait me succéder, elle ferait éclater notre Confédération. Mademoiselle Reese, en aucun cas, je le répète, en aucun cas, Nadia Isenstein ne doit devenir présidente. Je vous confie cette mission, sachant ce que cela signifie, n’est-ce pas ? En aucun cas, elle ne doit devenir Présidente. Enfin, vous direz au Gouverneur, qui n’est pas pour cette guerre, ni pour les efforts militaires et financiers que nous devons y consentir, que je lui demande de réfléchir à cette phrase qui a toujours guidé mes pensées : personne n'est assez naïf pour penser qu'un pays n'aura pas d'ennemis parce qu'il ne veut pas en avoir. Voilà, ce sont là mes dernières volontés d’homme d’état. C’est à vous que je les confie mademoiselle Reese.»

Le président toussa un peu, la douleur l’empêchant de parler pendant une longue minute. Déjà ses traits se tiraient, sans doute sous l’effet de la douleur qui commençait maintenant à se faire sentir. Une douleur qui n’allait pas aller en s’améliorant. Puis, il reprit.

-« Il me reste peu de temps. Monsieur Vinci, sitôt arrivé à West-Epsilon, je vous demande, avec vos moyens à l’aéroport, de réaliser mon cercueil Quelque chose de simple : je n’ai jamais eu de goût pour le luxe, vous le savez. Je souhaite être enterré en un lieu que personne ne connaîtra, car je ne veux pas qu’on me célèbre, ou, pire, que certains puissent essayer d’exercer quelque acte médical posthume sur ma personne. Mademoiselle Reese, sitôt rencontré le Gouverneur, vous irez chez moi et vous direz à mon fidèle serviteur ce qui s’est passé. Vous lui préciserez que le temps du retrait est arrivé, en ces termes. Il comprendra et vous donnera alors des indications précieuses quant à la suite. Mais je peux vous orienter : lui seul sait où je souhaite être enterré. Mais je n’irais pas seul. Il m’accompagnera, avec mon épouse, pour qu’elle puisse terminer sa vie paisiblement et reposer à mes côtés quand son heure sera venue. La destination étant éloignée, monsieur Vinci, je souhaiterai que vous nous y meniez en avion, bien sûr. Cela aura un prix : vous ne devrez plus jamais revenir à West-Epsilon, ni dans la Confédération, encore moins dans l’Union. Vous devrez disparaître, de telle sorte que le secret du lieu où je repose ne soit jamais connu : c’est pour cela, mademoiselle Reese, que je vous demande de ne pas accompagner ma dépouille. Sitôt Wagner amené à l’avion avec mon épouse, votre mission se terminera… Enfin presque. Wagner, mon serviteur, est un homme organisé, mais bien incapable d’envisager de vivre dans un lieu où le danger existera toujours. Mademoiselle Reese, je souhaiterai que vous recrutiez des personnes pour garder ce lieu. J’ai bien quelque idée : j’ai appris que, récemment, une femme qui a longuement travaillé avec moi, et qui vit avec une autre jeune femme douée en médecine des plantes, sont revenus à West-Epsilon. Il s’agit de mesdemoiselles Samantha et Kaytlin Ford. Elles résident au Datura’s Shop dans l’ancien quartier Marchand. Samantha… Disons que Samantha vous a précédé avant que l’amour ne l’aveugle un peu et que son besoin de liberté ne soit plus fort que sa mission. Mais je suis certain qu’elle ne peut vivre sans faire ce pour quoi elle a été créée : elle est une Gardienne. Garder est profondément ancré en elle. Il vous faudra la convaincre, mais sa nature devrait finalement la faire céder. Quant à la façon dont ces personnes pourront savoir où aller, vous trouverez bien un moyen avec monsieur Vinci pour qu’ils se rencontrent, loin de tous ceux qui voudraient le savoir. Quand cela sera fait, outre toujours veiller à ce que Nadia Isenstein ne devienne jamais Présidente, j’ai encore une mission à vous confier : il existe une jeune femme chez les mutants, Nell. Sortez-là de cet enfer, et faites en sorte qu’elle puisse aller où elle le souhaite. »

Nouvelles grimaces… Le ton devient haletant.

-« J’aurai sans doute plein d’autres choses à dire, mais le temps déjà m’échappe… Monsieur Vinci, veuillez détourner l’attention des quelques militaires, en les orientant sur tout ce qu’il vous faudrait pour réparer cet aéronef. Mademoiselle Reese, sitôt qu’ils sont partis, je vous serai gré de m’épargner la quinzaine de minutes d’intenses souffrances qui m’attendent. Après tout, l’homme qui va mourir n’a-t-il pas droit de s’octroyer une seule lâcheté dans sa vie ? Shakespeare n'a-t-il pas dit : Les lâches meurent plusieurs fois avant leur mort ; Le brave ne goûte jamais la mort qu'une fois. Je crois qu'il est temps que je goûte la mienne.»

Il eut un pâle sourire, puis ferma les yeux, comme pour mieux lutter contre la douleur qui se faisait plus violente, intense et fréquente.

A l’évidence, il ne comptait plus parler. Pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Lun 30 Mai - 12:44

Il aurait pu s’attendre à tout, mais pas à ça. Le poids énorme de la responsabilité des derniers événements écrasa ses épaules, mais il décida de relever la tête. Le Président faisait preuve d’un grand courage, et surtout, lui avait finalement offert le moyen de se racheter. Certes, il l’avait dédouané de toute faute, mais Léo ne pouvait pas ne pas se sentir responsable.
Il tourna la tête vers Thunder, soupira, puis souleva le capot du moteur.

Par bonheur, les flammes n’avaient été que la conséquence de l’embrasement de l’huile et elles n’avaient finalement détruit que quelques durites. Mais surtout, la fuite n’était due ni à la rupture de la pompe à huile, ni du moteur. La balle, cause de l’incident, n’avait fait que rompre la courroie d’entrainement de la pompe et perforer un tuyau. Aucune pièce typique d’un avion n’était apparemment en cause. Il allait donc pouvoir réparer. Un rapide coup d’œil vers les ailes révéla plusieurs trous dans les réservoirs d’essence de l’aile droite, mais pas dans la gauche. Il pourrait toujours tenter de colmater ces derniers, mais à West-Epsilon. Dans l’immédiat, régler le débit carburant sur le réservoir gauche lui permettrait de regagner la ville. A condition de trouver de l’essence.

Il repassa à côté de Thunder.
-« Je vais aller avec eux chercher ce qu’il faut. Je… »

Il n’acheva pas sa phrase. A son regard, il sut qu’elle avait compris qu’il ne voulait pas être là, pas voir la fin d’un grand homme qu’il avait appris à apprécier.

Il se dirigea vers les militaires et n’eut guère de mal à les convaincre de la nécessité de le mener à leurs base logistique où il était certain trouver ce dont il avait besoin dans leurs ateliers. Quant au carburant, ils lui assurèrent que les futs étaient à l’aéroport où ils auraient du se poser. Ils pourraient donc en ramener deux sans problème. En montrant Thunder du doigt, il leur assura que le Président était sous bonne garde, ce qui les fit tiquer un peu.

-« Écoutez, le Président doit repartir le plus rapidement possible. Sa garde du corps personnel, membre d’élite des forces spéciales, s’occupe de sa sécurité. Il me paraît donc clair que votre devoir est de m’aider à retaper ce zingue pour qu’il décolle au plus vite ! Mais si vous doutez du fait que j’agis sur son ordre, vous pouvez aller lui demander confirmation…»

Pendant quelques secondes, Léo crut bien que l’officier allait le faire, puis, ce dernier soupira.

-« Non, je vais pas le déranger pour ça. Allez, on y va, mais vite, d’accord ? »

-« Vite ? Ah, mais c’est exactement ce que je veux !! »

Ce n’est que quand le camion repartit avec la poignée de soldats que Léo perçut l’ampleur de l’événement. Mais pas seulement. Il commençait à comprendre que la mission que lui avait confiée le Président risquait fort de l’éloigner à jamais de Crystal… Il était pourtant hors de question qu’il n’accomplisse pas la dernière volonté du Président…

Putain, quel merdier…
Revenir en haut Aller en bas
Mille Visage

MJ/PNJ
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: surtout pas
Points de Vie: 11
Defense: 14-15

MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Lun 30 Mai - 18:35

140.

Des morts elle en a vu, par centaines, par milliers mais… cet homme là n’a rien de comparable avec ceux qui sont tombés à ses côtés, ou par ses armes, sur les champs de bataille, pendant les expéditions, pendant ses missions, et toutes les fois où elle a eu à abattre froidement un homme, tout en essayant de s’en tirer indemne elle-même. De constater, de comprendre qu’il va y rester lui fout un sérieux coup. Ca veut dire qu’elle a échoué….

Ça veut aussi dire qu’elle est restée trop longtemps dans cette ville, qu’elle a laissé les liens s’installer, et ça c’est pas bon, pas bon du tout. Elle s’en veut, elle rage, elle est en colère contre elle, contre ce crétin de président.

Et il est heureux que Léo décide de quitter l’appareil . Il ne verra jamais cette expression sur le visage de Thunder, la peine qui transforme un instant ses traits, un visage qui se baisse, ne supportant pas sa propre faiblesse. Elle jure, elle jure à qui mieux mieux, puis regarde le président qui souffre, regarde par le hublot, Léo qui parle là-bas aux soldats. Elle arme alors son flingue d’un silencieux, pointe presque à bout portant le cœur du président, serre la mâchoire à s’en faire mal, et murmure soudain :

- Je suis désolée, vous étiez celui qui aurait du survivre à tout ça, quel gâchis…..

La détonation brise le lourd silence et Thunder reste là, incapable de bouger. Elle vient de mettre fin aux jours du président.
Elle sait, elle comprend que par ce geste, elle vient de prendre son billet de départ de West Epsilon.
Ouais sauf qu’il va falloir encore s’occuper des dernières volontés du président.


- Tin fait chier !

Après c’est sûr, elle se tirera pour regagner des zones de combat plus dangereuses sans doutes, mais où elle pourra redevenir une simple machine à tuer qui ne ressent rien, non rien !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Events

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Lun 30 Mai - 19:54

Un peu plus loin, juste au nord de la rivière, les survivants du déchaînement bref et violent peu à peu se rassemblèrent autour du véhicule où le lieutenant Sara restait assise, comme si elle attendait de leur donner des ordres.

Elle était tombée là, touchée par les balles de la garde du corps personnelle du président. Sans doute que si elle était encore en vie, elle aurait maudit la Corporation et le peu de temps qu'ils lui avaient laissé.

Tout avait été de travers, c'est le moins qu'on pouvait dire. Sans doute était-elle la seule, à condition qu'il y ait quelque chose après la mort, à savoir que, finalement, elle n'avait pas tant merdé que ça.

Le lieutenant Ermann Dééesseka s'approcha, la regardant. Puis il lui remonta sa mèche sur le front.

-"C'est con ça. Moi qui pensais me la faire après cette petite fête...", lâcha-t-il, sans se rendre compte peut-être que les subordonnés du lieutenant étaient loin de partager son humour... sordide ?

_________________
J'aime jouer avec les nerfs des joueurs. Invité, tu seras peut être mon prochain jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Mer 1 Juin - 20:26

Quand Léonardo revint, il chargea les soldats de lui amener le matériel. Il marcha vers l'avion d'un pas décidé, Thunder attendant dehors. Il fut tenté de lui poser la question, mais quand leurs regards se croisèrent, il sut que ce n'était pas la peine. De toute façon, ce regard lui donnait la réponse.

Il jeta un coup d’œil vers l'intérieur et vit que la jeune femme avait veillé à laisser croire que le Président dormait. C'était d'ailleurs vraiment l'impression qu'il donnait. Pour un peu, Léo aurait aimé se réveiller et se dire qu'il avait cauchemardé tout le reste, mais il savait dans le fond que tout cela était réellement arrivé.

Il fit signe aux militaires de rester silencieux, mimant le Président dormant, puis il s'attacha à changer toutes les pièces nécessaires, ce qui prit une bonne heure.
Enfin, il fit la moitié du plein seulement sur l'aile gauche, pour ne pas être déséquilibré, puis monta pour faire ses essais.

Dix minutes après, ayant tout coupé, il descendit et, après avoir remercié les soldats, il les prévint qu'ils allaient décollé.

-Mais... Mais... Vous n'attendez pas la chanteuse Crystal et les membres du Gouvernement ??

-Non, le Président a souhaité rentré au plus vite. Il... Il faudra trouver un autre moyen pour les ramener à West-Epsilon. Transmettez cette information au Général O'Connor. Il pestera, mais il saura quoi faire. Et maintenant, écartez-vous, car je vais décoller sur cet axe. Vu le terrain et sa maigre qualité, je vais un peu danser dans tous les sens, alors mieux vaut ne pas être trop proche. La place là-bas me paraît bien.


Il avait indiqué un lieu bien éloigné, pour que... Pour que quoi ? Difficile à dire. Mais voilà, ils ne voulaient pas de témoin pour son décollage.

L'officier hésita encore, mais après tout. Qui était-il pour contredire une volonté du Président de la Confédération. Par réflexe, il salua l'avion - enfin le Président endormi dans l'avion - puis donna ses ordres. Ce ne sera que plus tard, tandis qu'il regardera l'avion s'envoler qu'il se souviendra d'un détail. Le Président devait être très fatigué, parce qu'il ne s'était même pas réveillé pendant les essais moteurs du pilote...

Léo vint alors près de Thunder.
-On peut y aller. Dis... Est-ce que... Est-ce que tu as prévu un peu de temps, pour que je puisse parler à Crystal, lui expliquer ? Aurais-je le temps d'éventuellement lui proposer de m'accompagner ?
Revenir en haut Aller en bas
Mille Visage

MJ/PNJ
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: surtout pas
Points de Vie: 11
Defense: 14-15

MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Jeu 2 Juin - 14:07

141.

Thunder se tourne vers l’aviator…. Elle le dévisage un instant sans rien dire, ayant parfaitement saisi la requête et tout ce que ça signifie. Elle se sent soudain fatiguée, l’envie de foutre le camp de là, comme si elle n’avait plus rien à faire ici. Oui après tout plus rien ne la retient… si ce n’est ces fameuses dernières volontés.

- Crystal ? dit-elle soudain. Et que vas-tu lui dire ? Comment vas-tu lui expliquer que tout à coup tu doives te barrer d’ici ? Tu crois qu’elle voudra abandonner ses paillettes pour toi ? Comme ça, sans un mot d’explication ? Parce que j’espère que tu réalises que tu ne pourras pas lui dire pourquoi, même si tu devais avoir le temps de la voir. Tu as entendu ce qu’à dit le président… Personne ne doit savoir, et elle encore moins.

Elle s’approche de l’avion qu’elle répugne encore plus à prendre, puis ralentit au moment de passer la porte. Elle regarde devant elle, et d’un ton plus bas, marmonne.

- De toute façon tu fais c’que tu veux une fois qu’on sera à West Epsilon. Je dois voir le gouverneur et lui transmettre ce que le président m’a dit. Et après ouais, j’ai assez à faire pour que ça te laisse le temps de parler à ta chanteuse. Mais oublie pas… personne ne doit savoir, ou je devrai prendre des mesures pour faire taire ceux qui auront trop parlé.

Et Thunder grimpe dans l’appareil, s’installant cette fois aux premiers rangs, refusant de poser encore les yeux sur le président. Sans un mot, elle attache sa ceinture…

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Jeu 2 Juin - 14:56

Le pire était qu'elle n'avait peut-être pas tort. Pourtant, il se dit qu'il y aurait sûrement un moyen. Enfin, la bonne nouvelle dans tout ce gâchis, c'était qu'il aurait le temps d'essayer de voir Crystal.

Cela n'allait pas être aisé, mais bon...

Il monta à son tour, verrouilla la porte d'accès, puis prit place, non sans jeter un regard vers le Président, puis vers son ami Kenny.

Ouais, un putain de sacré gâchis.

En fait, se dit-il en démarrant l'avion, il avait vachement envie de se barrer de West-Epsilon. Mise à part Crystal, il ne lui était rien arrivé de bien là-bas... Il était temps de partir loin.

Après quelques mouvements, un rigoureux run-up pour s'assurer que rien ne clochait, il mit les gaz, parvenant à garder le contrôle de l'avion malgré le terrain, puis s'éleva finalement dans les airs, toujours aussi chargé de nuages et de brumes.

Il prit alors le cap au 186, la ligne droite vers l'aéroport.

A bord, le plus grand silence régnait. On entendait que le moteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   Jeu 2 Juin - 15:10

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le concert de Bakersfield   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le concert de Bakersfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives WE S2-