Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 Go les Real Salt Lake, go !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amandier

Habitant
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Des yeux de panthère
Points de Vie: 13
Defense: 15 / 15

MessageSujet: Go les Real Salt Lake, go !   Ven 1 Avr - 14:33

Et trois mois s'écoulèrent.
Ils finirent par arriver à Salt Lake City en un seul morceau, avec un Marlon mal rasé, et une panthère qui insistait pour rester glabre au moyen de deux morceaux de miroir – un pour ne pas s'entailler, l'autre pour raser. Eileen était poussiéreuse mais n'avait jamais été aussi heureuse de sa vie, heureusement pour son aventureux père qu'elle n'était pas une enfant compliquée.
Ils avaient fini par bien s'intégrer dans le convoi de nomades grâce à une conversation inhabituelle – on dit merci les Dômes – et dans le cas de Lex, un épisode dont la cuisinière se souviendrait à tout jamais et qui lui occasionnerait des rougissements forcenés à chaque fois qu'elle verrait ses sacs de dix kilos de riz.

Ils avaient néanmoins été abandonnés comme un quatuor de chiens pouilleux aux portes de la ville, ce qui avait laissé Eileen inconsolable, et son père parfaitement de marbre. Toujours taraudé par cet instinct paternel étrange dont il se serait bien passé, Lexington avait cornaqué ses deux anciens collègues vers les portes de la ville.
Comme à Seattle, un campement réservé aux nomades s'étalait d'un des côtés des portes de la ville, adossé contre le mur hideux qui délimitait le territoire de Salt Lake des grandes étendues l'environnant. Les nomades avaient investi un peu de cet espace avec leurs voitures malodorantes, leurs cris en argot nomade, leurs tatouages, et leurs airs d'avoir tout vu et tout connu. C'était l'endroit où Lex et les autres avaient été déposés.

C'était marrant, par contre, à Salt Lake il n'y avait pas de réfugiés. Peut-être étaient-ils assez peu nombreux pour avoir été absorbés immédiatement par la ville, ou par le campement nomade. Ou peut-être n'étaient-ils pas les bienvenues et Salt Lake les renvoyait sur les routes comme des colons d'une nouvelle ère, à la conquête de l'Ouest.
Amandier promena ses yeux de panthère tout autour de lui, puis se décida à se diriger vers la porte. Il avait confié la garde d'Eileen à Marlon. Pendant le voyage, la gamine s'était décidée à faire ses premiers pas – ce qui avait occasionné une grosse soirée avec tout le convoi, parce que ça se fêtait un enfant qui atteint l'âge de savoir marcher ! –, et elle avait conséquemment grandi. Du coup, Lex espaçait volontairement les moments où il devait la porter, parce qu'elle pesait son poids à force – et non, il n'allait pas la laisser marcher, il avait autre chose à faire qu'attendre qu'elle le suivi avec ses petites pattes ridiculement courtes. Donc en toute logique, il la faisait porter à Marlon et Anastasia.

« Bonjour.
On voudrait entrer dans la ville, vous croyez que c'est possible ? »


Le garde, un rouquin aux yeux plus bleus que le ciel, lui jeta un regard méfiant, le détaillant de haut en bas, puis de bas en haut.

« V'nez d'où ? Pourquoi ? »
« On est de Seattle, je suis venu chercher ma femme... Ils m'ont accompagné. Et elle, c'est ma fille. »

Le garde se détendit quelque peu le temps de dire bonjour à Eileen et la faire gazouiller. Manifestement il préférait les yeux de panthère sur les bébés que sur les grands connards descendant à peine d'un convoi de nomades.

« Okay. Vous allez certainement pouvoir entrer mais va falloir que vous vous trouviez une utilité j'vous préviens, pas question de rien foutre. Oh et si vous avez des objets de valeur, mettez-les en commun avec la communauté. On garde rien de personnel ici, tout le monde est égal. La jalousie est un des pires poisons de l'humanité. »

Lexington arqua un sourcil, mais se défit de sa montre, cadeau d'un contrat aux Dômes – il lui semblait que c'était il y a une vie.

_________________

On dompte la panthère plutôt qu'on ne l'apprivoise.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lys

Habitant
avatar


MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Jeu 7 Avr - 21:25

Donner ses biens les plus précieux ? Non mais c’était une blague. Lys a regardé ses deux acolytes dans l’espoir de lire un rire chez eux. Mais non. Rien. Ah.
Sauf qu’il était HORS de question qu’elle file ses bijoux et maquillage. Plutôt crever.
Maligne quand il s’agissait de sauver ses miches, l’ex adepte profita que Marlon et Lexington obéissent et prétexta le besoin de changer la couche de la petite.
Elle s’y prêta pour la première fois bien volontiers, attrapant plusieurs langes propres ainsi que ses biens nécessaires.
Non pas que Belladone ait tout mis, loin de là. Mais les quelques biens qu’elle avait avec elle, elle ne les donnerait que sous la contrainte.
Elle cacha donc son rouge à lèvres carmin, son mascara, un petit far à paupière ainsi que ses bagues et boucles d’oreille. Elle planqua aussi la fine chaine qu’elle gardait de Boston et finit de langer la petite avant de s’approcher et de tendre avec la plus grande des mauvaises volontés le reste des affaires. Elle continua même de s’accrocher quelques secondes à sa petite pochette, comme si ses doigts ne pouvaient plus la relâcher, pour donner le change.

Leçon N°1 des adeptes : être de bons comédiens.

Et voilà. Les portes de la ville leur avaient été ouvertes. Bonjour la caverne d’Ali Baba.
Bien sur, Lys ignorait tout d’Ali Baba. Elle se demandait bien où c’était que ce bled et pourquoi c’était encore connu à leur époque. Mais ça c’était une autre histoire.

Ils prirent le pli de leur nouvelle vie rapidement. Amandier cherchait sa poule. Lys du maquillage. Marlon ce qu'il voulait faire de sa vie.
On leur octroya un logement communautaire où ils avaient une chambre pour deux. Marlon et Lex. Lys et Eileen. C’était minuscule et très vite, Anastasia commença à s’y sentir claustrophobe. Elle était au loin la plus part du temps, ne rentrant que pour aider malgré tout. Hors de question de les abandonner. Ils étaient sa seule forme de famille ici et, malgré tout, elle s'inquiétait pour eux.
Elle savait qu'elle n'était pas faite pour vivre ici. Seattle lui manquait horriblement mais il n'était pas envisageable qu'elle reparte sans eux. Alors elle attendait avec une patience très étonnante de sa part.

On leur donna aussi du travail. Sauf qu’en entendant, dans son cas, la cueillette, elle manqua de tourner de l’œil.
« heureusement » pour elle, Lys trouva vite un réseau de prostitution pour les gens des hautes sphères. Dans une ville au communisme aussi acharné que la Corée du Nord dans un autre temps, la Morale Mormone en plus, on ne parlait pas de gens riches, mais des décisionnaires.
Sauf que la prostitution, ici, ne ressemblait en rien aux Dômes. Anastasia s’en rendit vite compte.
Ici, le souteneur gardait au minimum 60% de la passe, le plus souvent 80. Et elle n’avait aucune protection contre de quelconques sévices.
Avant, elle choisissait ses clients, là, on les lui imposait.
En deux mois, Anastasia perdit donc sensiblement son teint halé, un bon bout de sa joie de vivre et son enthousiasme pour le cul. Et elle gagna en revanche un brin de maturité, de cynisme et des bleus sur tout le corps.

Un matin, deux semaines plutôt, elle était rentrée bien plus tard que prévu, la lèvre méchamment fendue, un œil si tuméfié qu’elle avait mis une semaine à l’ouvrir de nouveau et une côte fêlée.
Elle n’avait pas pleuré, pas râlé. Elle avait simplement dit à Lex qu’il avait raison et que non, la prostitution n’était pas tout dans la vie. Ensuite, elle s'était roulée en boule dans le lit pour dormir presque 24h du sommeil du juste.

Lys reprit son nom réel à compter de ce jour et partit travailler aux champs, se faisant petite pour ne pas que son souteneur vienne lui casser les pieds. De toute façon elle était trop amochée pour l'instant. Elle gagnait un peu de temps comme ça.
Par la suite, elle refusa de dormir avec Eileen, alternant avec Marlon ou Lex, les deux seules personnes en qui elle avait confiance. Apeurée sans vouloir l’admettre, elle n’arrivait à dormir que si l’un d’eux était là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amandier

Habitant
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Des yeux de panthère
Points de Vie: 13
Defense: 15 / 15

MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Ven 15 Avr - 14:03

Lexington, aux commandes de son petit groupe dans une espèce de figure mi-paternelle, mi-grand frère, re-mi ex collègue, s'était coulé avec un naturel confondant dans une routine pourtant très éloignée de son style de vie précédent.
Grâce aux études qu'il avait fait lorsqu'il était à Seattle, Lex avait réussi à se faire engager comme scribe, et listait les produits consommables et leurs quantités, pointait des présences et absences, couchait sur le papier des nécessités et des idées à longueur de journée. Ce qui lui restait comme temps libre était consacré à s'occuper d'Anastasia, Marlon et Eileen, et chercher Tessa. Autant dire chercher une aiguille dans une botte de foin, la ville était relativement grande et en tant que nouvel arrivant, Lexington n'avait pas les mains aussi libres qu'il l'aurait souhaité. S'il avait cru, du temps où il habitait aux Dômes, que les Sâarides étaient de grands paranoïaques, Lexington découvrait que les mormons communistes de SLC étaient environ un millier de fois pires.
A Seattle au moins, on pouvait comploter... Ici il ne valait mieux pas essayer.

Il laissa Anastasia tenter de reproduire son ancienne vie, après quelques avertissements sur ce qu'elle allait faire. Mais Amandier était un père exemplaire puisqu'il laissait ses petits faire leurs propres expériences – ainsi quand Marlon s'était fait exploser le museau par un type qui trouvait qu'il ouvrait trop sa gueule, Lex s'était contenté de désinfecter ses blessures en secouant la tête.
Il avait fait pareil quand la jeune femme était revenue après ce qui avait été manifestement une sacrée trempe.
Ce qu'Anastasia ignorait toutefois, c'était que son souteneur était bel et bien venu jusqu'à leur logement communautaire pour réclamer le retour de son « bien ». La panthère avait donc très logiquement défendu la jeune femme qu'il estimait être sous sa protection, et le mac avait très malencontreusement paumé un œil dans l'aventure. Lex avait les griffes fort aiguisées, et pour une pute, il visait bien.

Pendant ce temps-là, Marlon lui s'éclatait. Non pas qu'il ait une passion pour cultiver des carottes ou des patates, mais il s'était fait plein de potes néants comme lui, et Lex ne comptait plus les fois où un tournoi de poker était organisé dans sa chambre.
Eileen, avec ses grands yeux verts et son caractère plutôt facile, était devenue la mascotte du bloc où ils vivaient désormais.
La vie s'écoulait tranquillement, quoi.

Ce soir-là, Lex rentra vers les 22h, l'air positivement épuisé. Il avait travaillé toute la journée dans un entrepôt poussiéreux où les manutentionnaires s'interpellaient en beuglant, ce qui lui avait collé un mal de crâne durable. Il avait passé trois bonnes heures à chercher une erreur commise par un de ses collègues, et une fois qu'il l'avait eu trouvée, il avait du s'occuper d'une catastrophe d'empilage. Et après ça, il était parti chercher sa chère et tendre et s'était fait refouler par l'impitoyable administration mormonne.
Il se laissa donc tomber assis sur le lit, soupirant en passant les mains dans ses mèches de cheveux noires. Marlon releva son regard brun vers lui, récupérant un de ses dés des mains avides d'Eileen. La gosse poussa un hurlement aigu en manière de protestation, et Lex grinça des dents.

« C'est dingue ça. Au bout de trois mois j'la trouve toujours pas. Fait chier. Elle est où Anastasia ? »

Des fois qu'elle ait décidé de se refoutre à tapiner, ou que son souteneur ait foutu la main dessus malgré la dissuasion efficace que constituait une panthère mâle adulte.

_________________

On dompte la panthère plutôt qu'on ne l'apprivoise.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lys

Habitant
avatar


MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Mar 19 Avr - 12:16

Lys était une femme pleine de ressources. Clairement, récolter des patates, voir ses ongles se casser un à un, mettre de plus en plus de temps à faire disparaitre les traces de terre de ses mains, ce n’était pas un avenir pour elle. Elle l’avait compris très rapidement. Au bout de 10 minutes à vrai dire. Pire, à force d’être penchée en deux, elle avait mal au dos sans même s’envoyer en l’air.
Deux mois d’abstinence quasi-totale – Lys ne comptait pas les potes de Marlon, c’était trop rapide avec eux pour qu’on en tienne compte – et surtout un don qui déconnait complètement pour la première fois de sa vie.

Son travail l’empêchait de courir. Et à la frustration, s’ajoutaient désormais des tremblements terribles, comme si son corps l’obligeait à bouger, toujours, tout le temps. Elle se réveillait la nuit à cause de mouvements saccadés et de crampes. Ça avait été la goutte d’eau qui avait fait débordé sa cruche (c’est bien comme ça qu’on dit non ?). une semaine plus tôt, elle avait renversé tout son panier en le donnant tellement elle tremblait.

Il lui avait fallu une semaine pour pouvoir consulter au dispensaire de son quartier. Ici, pas d’hôpital, d’urgences ou de consultations comme à Seattle. Ici, on s’inscrivait sur une liste d’attente au dispensaire, qui décidait si oui ou non, cela nécessitait davantage.
Cependant, comme elle avait notifié que cela avait un rapport avec sa mutation, son cas avait été considéré comme « mutant-prioritaire ». Restait à trouver un médecin femme mutant. Car ici, on évitait de mélanger hommes et femmes inutilement.

Anastasia, dans une robe longue, jusqu’aux cheville, le col au menton et des manches jusqu’aux poignets, suffoquait presque à son déguisement.
Heureusement, dans les blocs il régnait une certaine liberté, sans parler de légèreté évidemment. Il fallait savoir rester discret.
La femme l’avait écouté avec attention puis lui avait fait faire plusieurs tests.

Finalement, Ana resta presque trois heures dans une pièce où on lui avait laissé un tapis de course. Elle avait défait le haut de sa robe, relevé ses manches et avait couru pendant trois heures jusqu’à ce que la femme médecin revienne, l’air contente d’elle.

à 23h, Anastasia revint enfin au bloc et sautillait de joie. Elle tenait un gros sac dans chaque main et ses yeux brillaient d’une joie qu’elle n’avait plus eu depuis leur départ de Seattle.


Salut les garçons !

à cette heure-ci, la jeune femme savait qu'elle ne verrait pas Eileen. Il était bien trop tard. Elle posa le premier sac sur la table de la cuisine et alla ranger – enfin lancer – le second dans la chambre où ils avaient leurs maigres possessions.

J’ai une super nouvelle. La communauté m’a assigné un nouvel emploi. Je vais être coursière. A pied !

En même temps, si déjà à Seattle les voitures n’étaient pas légion, à Salt Lake, c’était encore pire. Après l’Apocalypse, les Amish y avaient eu la bonne idée de venir s’y réfugier. Genre, entre fanatiques religieux (enfin ça c’était avant l’avènement de Boston), on se serrait les coudes. Du coup, la technologie n’était pas leur top priorité on s’en doute. Et les voitures avaient vite été remplacées par des chevaux et des carrioles. Sauf qu’Anastasia allait très vite et ne nécessitait pas de foin. Ça faisait donc des économies.

Je vais être payée en nombre de courses à la journée. Entre 1 et 3$ selon la destination.
Par contre je dois apprendre le nom des rues.


Jamais encore Anastasia n’avait été mise au défi vis-à-vis de sa mutation. C’était un gros challenge et elle ignorait si elle pourrait tenir une journée entière à courir. Elle allait vite le savoir.
Les décisionnaires de sa nouvelle affectation avaient suggéré une semaine de test et ensuite, elle serait confirmée à son poste ou alors il serait aménagé.


Et ils m’ont donné des provisions du coup.

Forcément, à courir toute la journée, Ana allait être une sorte de test. Elle avait des barres hyper protéinées, des boissons supposées énergisantes et de quoi manger pour trois jours pour eux tous. Une belle aubaine quand parfois, il fallait faire la queue pendant deux heures pour récupérer trois pauvres légumes. Les pénuries étaient fréquentes et ils ne gagnaient pas assez pour le marché noir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amandier

Habitant
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Des yeux de panthère
Points de Vie: 13
Defense: 15 / 15

MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Sam 30 Avr - 15:11

Ni Marlon ni Lex ne s'étaient inquiétés outre mesure que leur ex-collègue ne rentre pas malgré l'heure qui se faisait de plus en plus tardive ; si Ana avait eu des déboires dans cette nouvelle ville, elle restait quand même la nana qui avait remporté l'épreuve de free fight aux jeux interguildes de Seattle. Elle avait une droite qui faisait mal et surprenait par sa vitesse de déplacement.
Ils s'étaient donc occupés d'Eileen en discutant sur la façon de retrouver Tessa, l'augmentation du prix des patates, et le fait que Marlon s'était fait tauper à tenter de voler des légumes, ce qui lui avait valu une soufflante phénoménale.
Heureusement qu'il était habitué aux engueulades d'Oryana, sans quoi il en aurait sans doute pleuré. Quand Anastasia fit son entrée dans les deux pièces qu'ils se partageaient à quatre, les yeux de panthère de Lexington se posèrent sur elle, son visage à la beauté classique et un rien sévère se détendant d'un sourire. Marlon, lui, lui adressa un grand sourire de gosse et un signe de la main.

« Oh, cool. Tu vas pouvoir circuler en ville plus facilement que moi. »

En tant qu'aide dans les champs, Marlon n'était pas réellement autorisé à foutre les pieds en ville. Lex, lui, pouvait parce qu'il était scribe, mais ses déplacements n'étaient pas aisés et il restait étroitement surveillé. Ce nouveau job d'Ana, outre le fait de lui plaire manifestement beaucoup, allait être bien pratique pour enfin essayer de foutre la main sur Tessa.
Amandier redoutait qu'ils l'aient reléguée à un rang d'ouvrière subalterne dans les rares manufactures qui existaient en ville, endroit où il n'avait strictement rien à faire puisqu'il s'occupait de lister les matières premières et non pas les produits transformés.
La panthère tendit la main vers les sacs, évaluant le contenu en se faisant la même réflexion que la jeune femme ; ça pourrait être utile, tout ça. Leur petit groupe avait une consommation de calories nettement supérieure à la dose moyenne envisagée par les penseurs de la ville ; normal puisqu'ils étaient trois adultes dont deux mutants, qui avaient des besoins énergétiques supérieurs à la moyenne.
Lex était finalement celui qui souffrait le plus de ce régime imposé ; les légumes revenaient moins chers à produire pour la ville, mais la mutation particulière du jeune homme ne lui permettait pas réellement de se nourrir de ça.
Donc il respectait plus que jamais le régime alimentaire de la panthère noire, en mangeant de grosses quantités de viande, et en jeûnant la plupart des autres jours – ou alors en mangeant encore moins de légumes que sa fille. Il avait perdu du poids mais paraissait assez bien s'accommoder de cet état de fait.
Les victuailles ramenées par Anastasia, principalement composées de graines, de fruits secs et d'autres choses énergétiques, ne figuraient donc pas au menu de la panthère, qui les laisseraient à la principale intéressée, à Marlon, et à Eileen si elle en voulait.

« C'est très bien tout ça. Le fait d'avoir couru chez eux t'as permis de retrouver une sensibilité normale ? Tu penses que c'était juste un manque d'utilisation ? »

_________________

On dompte la panthère plutôt qu'on ne l'apprivoise.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lys

Habitant
avatar


MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Lun 2 Mai - 23:42

Anastasia opina avec un sourire content. Plus vite ils trouveraient la mère d’Eileen, plus vite ils rentreraient à Seattle, n’est ce pas ?

J’ai un pass oui. Bien sur je dois pointer et je vais porter un bracelet électronique j’ai cru comprendre. Mais entre deux courses, ils ne m’ont pas dit ce que je devais faire. Donc je suppose que je peux faire des recherches.

Le seul truc un peu gênant, c’était qu’elle n’avait jamais croisé la nana de Lex. Elle avait une vague description mais rien qui ne l’aiderait. Après, suffisait de chercher une meuf qui venait de Seattle. Sauf que si elle se savait recherchée, peut être qu’elle se planquerait.

Et elle faisait quoi à Seattle ta gonzesse ? Parce qu’elle fait peut-être le même truc ici.
Une chose est sûre, elle récolte pas de patates déjà.


Lys retourna dans la chambre prendre le sac qu’elle avait lancé, pendant que Marlon s’activait avec les légumes pour faire un semblant de repas. Il sifflotait, de bonne humeur, vaguement concerné par les recherches, et pas du tout par sa mutation. Anastasia tendit une barre hyperénergétique à Lexington.

Je sais que c’est pas le top mais tu devrais avaler un truc. Si je ramène un peu plus d’argent, je pourrais t’acheter de la viande. Remarque que ça nous ferait pas de mal à nous non plus.

Les jumelles n’engraissaient pas les adeptes, loin de là, mais jamais ils n’avaient eu faim. Ici, c’était très aléatoire et en trois mois, ils avaient appris quels légumes se gardaient plus longtemps pour les mettre de côté en cas de besoin.

Ana revint de la chambre en sortant du sac des fringues qui allaient lui servir d’uniforme. Elle porterait un chemisier et une jupe longue mais ouverte sur les côtés pour pouvoir courir. Et en dessus, elle mettrait un pantalon pour cacher ses jambes. Ses minishorts lui manquaient terriblement. Elle montra son pass. Elle pouvait accéder à toutes les zones de la ville, mais pas entrer dans tous les bâtiments. C’était néanmoins un bon début. Les Maquerelles leur avaient appris que les infos, on les tenait non pas des plus puissants mais des petites mains qui avaient des oreilles partout.

Après avoir couru pendant trois heures, ça va beaucoup mieux. J’ai encore envie de courir mais je ne tremble plus.

Anastasia tendit une main qui, effectivement, ne bougeait pas trop, avec un sourire content.

On va voir sur le long terme mais, tu sais, je crois que mon frère avait des problèmes avec sa mutation. Ça doit être en lien avec ce que Caleb m’a raconté quand je l’ai frappé.

Oui, c’était Caleb. Ce mec était un sale con donc NON, elle ne respecterait pas son souhait d’avoir un surnom de Mr Je Me La Pète !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amandier

Habitant
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Des yeux de panthère
Points de Vie: 13
Defense: 15 / 15

MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Jeu 5 Mai - 10:27

La panthère fit la grimace devant la barre, composée de pâte de fruits et de graines.

« C'est gentil, mais vraiment, non merci. »

Il tenterait plus tard de manger la préparation que Marlon s'activait à faire, passé en mode pilote automatique depuis qu'il s'agissait de mutation. Effectivement, le sujet ne le concernait pas et il avait tellement pris cher aux Dômes à cause de ça que c'était quelque chose dont il ne parlait pas. Il n'en voulait pas non plus aux mutants ; pas à tous.
Bizarrement, dès qu'il s'agissait de ceux qui manipulaient les émotions et les ressentis, il avait déjà beaucoup plus de mal et de méfiance. Mais les mutants à animalité panthère noire et hypervitesse, eux, ça allait.
Lex attrapa la main d'Anastasia pour vérifier, hocha de la tête :

« C'était peut-être effectivement juste le fait que tu ne t'en servais plus trop. J'espère en tout cas... »


Il s'éloigna vers la fenêtre pour l'ouvrir, permettant ainsi aux braillement du gosse de leur voisine, qui ne voulait pas se laver et aller dormir, d'entrer dans la pièce. Lex alluma une cigarette nonchalamment.

« Ton frère a effectivement des soucis pour maîtriser sa mutation. J'étais pote avec un des soigneurs des Foo, et il a du mal à maîtriser sa force. Il casse pas mal de choses, et va à la Genom pour tenter de contrôler ça. »

La panthère expira sa fumée dehors, et fila sa clope à Marlon qui passait près de lui la casserole en main. Le néant expira à son tour à l'extérieur, intervint :

« C'pas dangereux un mutant superforce qui maîtrise pas ? »
« Même en free fight, il n'a jamais tué personne. Il a paralysé un de ses adversaires il y a 3 ans en lui brisant la colonne vertébrale, mais il ne l'a pas tué. »

Un instinct animal et horriblement cynique lui fit ajouter :

« Il aurait p'têt mieux fait, c'la dit. »

_________________

On dompte la panthère plutôt qu'on ne l'apprivoise.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lys

Habitant
avatar


MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Lun 9 Mai - 18:43

Anastasia roula des yeux. Bon sang, une pauvre barre protéinée. Il pourrait faire un effort.
Il était clair que c’était trop demander à la jeune femme de comprendre le cas Amandier. Elle comprenait déjà difficilement les mutations, encore plus depuis que Caleb était venu mettre le souk dans sa vie à ce sujet. Si elle avait bien tout compris, son père les avait trafiqué, Winchester et elle, pour qu’ils soient des mutants. Parce qu’apparemment, c’était pas possible qu’ils le soient naturellement.
Mais du coup, Anastasia, dont l’intellect était quand même limité, en avait tiré la conclusion que c’était la même chose pour les autres mutants, ils étaient tous trafiqué. Donc quelqu’un avait trafiqué Lex pour qu’il soit un peu panthère et l’avait rendu allergique aux végétariens.
C’était très ennuyeux quand même et surtout, elle ne savait pas trop comment le lui annoncer.
Peut-être que si on arrivait à régler son problème de mutation à elle, Lexington, lui, pourrait manger des graines. C’était sain pour la santé des graines. Surtout dans un bled où les engrais étaient naturels – d’ailleurs elle était fort contente de n’avoir pas été assignée au lisier (tâche dévolue aux personnes ayant commis des délits) -.

Winchester n’a pas de mal à limiter sa force voyons.

Ah ben non. Elle l’avait rétamé en free fight quand même !

C’est juste les autres qui sont nuls.

Restait à savoir si elle défendait son frère ou accablait les autres. Depuis trois mois, la jeune femme se montrait limite protectrice quand elle évoquait son frère, comme si toutes les gentillesses du monde aujourd’hui annulerait les horreurs qu’elle aurait dites ou faites par le passé.

Win a pété quelques machoires aussi. Bon, hein, quand tu fais du free fight, faut pas chialer qu’on t’as pété une côte ou une jambe. C’est les dangers du métier.

Un peu comme elle quand elle avait tapiné en territoire inconnu. Anastasia avait intégré cette donnée là. Dôme = bien. Pute dehors = pas bien. Aussi simple que ça.

Et l’autre il bouge encore ses bras, devrait pas se lamenter. Sa mère a pas à lui donner la becquée et la guilde s’est montrée généreuse dans sa compensation financière. Limite le bon plan. Il a plus à bosser, ni à marcher. Et en plus il est rentier. Ouai. Il a de la chance au final.

Anastasia s’installa à table avec Marlon, se servant une portion généreuse de nourriture. Elle eut un sourire ravi. Ça faisait longtemps qu’elle avait pas eu l’air aussi détendue. Sa robe était maintenant ouverte comme si elle était de nouveau aux Dômes, et avec Marlon, ils parlaient de jouer au poker ce soir. Ana n’était pas très maligne mais par contre, habillée comme il convenait à la situation, elle parvenait à bluffer tous les potes néants de Laurier. De quoi acheter un peu de viande à Lex demain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amandier

Habitant
avatar


Feuille de personnage
Signes particuliers: Des yeux de panthère
Points de Vie: 13
Defense: 15 / 15

MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Mer 3 Aoû - 12:16

Amandier eut un petit rire aux explications d'Anastasia sur la chance qu'avait eu l'adversaire de son frère, surtout d'ailleurs à cause de la mine scandalisée de Marlon, qui trouvait ces réflexions tout à fait déplacées.
Ils s'installèrent pour manger tout en discutant des soirées qu'ils avaient passé à regarder des matches de free fight parce que c'était, à l'époque, ce que leurs clients leur avait demandé. Marlon avait une façon franchement drôle de résumer l'effet qu'il faisait à certaines des combattantes, et notamment la Valkyrie, dernière arrivée qui se mettait systématiquement à bégayer quand il était dans les parages.

Lex se réveilla sans avoir besoin de réveil vers les 6h30 du matin malgré la partie de poker qui s'était éternisée la veille. Il se dégagea doucement des cheveux blonds et des bras d'Anastasia, qui était venue dormir contre lui pendant la nuit, et se leva pour récupérer sa fille, assise sur un matelas, qui jouait en silence.
Heureusement pour Marlon, qui était allongé à côté d'elle – ça lui était arrivé plusieurs fois de se faire réveiller par le petit de la panthère en furie dès le matin.

Ainsi commença le ballet habituel de la journée ; filer une espèce de gruau à Eileen en s'assurant qu'elle en mangeait au moins la moitié pendant qu'elle lançait l'autre moitié partout, observer son vœu de pénitence en ne mangeant pas le matin parce que son estomac se révoltait encore à l'idée des légumes de la veille, faire un ersatz de café à base de racines de plantes locales qui remplissait finalement assez bien son office.
Lex en profita aussi pour ranger la cuisine qu'ils avaient laissé en bordel la veille – c'était définitivement lui le plus responsable de cette maison – et se retourna pour saluer Marlon qui venait de faire son apparition, torse nu et les cheveux en bataille.

« 'lut. »

Lex déposa devant lui une tasse de « café », se vit en échange dire qu'il était vraiment le meilleur – ha les compliments des adeptes des Dômes ! Tous des beaux parleurs –, et il termina d'essuyer des assiettes en se concentrant sur la journée à venir.

« C'est bon pour Eileen aujourd'hui, Marlon ? »
« Ouais, toujours madame Smith qui s'occupe de tous les marmots. Cette gosse va être la plus socialisée de la terre, j'te le dis ! »

Lex se fit la réflexion que ça aurait été bien que Marlon arrête de parler de sa gamine comme d'un chiot.

_________________

On dompte la panthère plutôt qu'on ne l'apprivoise.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lys

Habitant
avatar


MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   Sam 6 Aoû - 10:13

Lys se réveilla en sursaut, en nage et en hurlant. Ou du moins en ayant l’impression d’hurler. Elle était assise sur le lit, le drap avait glissé sur ses hanches dévoilant qu’elle dormait nue.
Elle passa ses mains sur son visage pour écarter les mèches de cheveux blonds en bataille qui le barraient. Le rêve avait été intense, inquiétant. Ce n’était pas la première fois mais cette fois, c’était suffisamment violent pour que la jeune femme prenne sa décision. Elle sauta hors du lit, enfilant un peignoir court, qui lui arrivait si haut sur la cuisse que ça ne cachait pas grand-chose. Elle ne faisait ça que pour la petite. Franchement, les deux autres avaient déjà tout vu depuis bien longtemps.

Sur le pas de la porte, pâle comme la mort, elle annonça de but en blanc :


Je rentre à Seattle.

Une pause.

Qui m’aime me suive.

Une autre pause.

Heu… Enfin. Vous voudriez bien venir avec moi ?!

Elle ne craignait pas vraiment d’affronter les jumelles, loin de là. Simplement le voyage. Sa rencontre avec la prostitution de bas étage l’avait grandement calmé et elle avait compris que son cul ne s’en sortirait surement pas indemne si elle voyageait seule.

Je crois. Non. Je sais qu’il est arrivé quelque chose de grave là-bas. Je ne sais pas quoi. Mais. Je le sais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Go les Real Salt Lake, go !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Go les Real Salt Lake, go !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives SA S1-