Projet-Epsilon
Projet-Epsilon n'est pleinement accessible qu'à nos membres. Rejoignez-nous si l'aventure rôle-play dans un monde post apocalyptique vous tente et si vous avez 18 ans minimum.

L’univers dans lequel évoluent nos personnages n’est malheureusement pas adapté aux joueurs mineurs.

A bientôt dans ce monde fantastique.
Projet-Epsilon

Seattle 2220
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Votre compte doit impérativement être le nom, prénom ou surnom de votre personnage. Merci d'en tenir compte lors de votre inscription.

Partagez | 
 

 [J136-J170] on touche le fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Pax

Abrités
avatar


MessageSujet: [J136-J170] on touche le fond   Mer 10 Aoû - 20:44

Traverser la ville fut loin d'être une sinécure et il ne me faut pas longtemps pour comprendre qu'il s'y passe des choses graves. Assez pour que voyager sans papiers puisse être un problème.

D'un côté les événements de l'intérieur, et de l'autre, quand je suis passé non loin, le camp des réfugiés en quasi-ébullition entre ceux qui veulent reprendre les routes et surtout ceux qui jurent qu'ils peuvent rentrer en ville tant qu'ils ramènent la tête d'un Sur-Volté. Je ne saisis pas bien, mais en tout cas assez pour savoir que désormais, je suis en danger à l'intérieur. Mais je n'ai pas le choix : je dois récupérer ce qu'il me reste de matériel, dont mon fusil d'assaut.

Au loin, je vois des Nomades qui hésitent. Ils ne sont pas du genre à se battre pour une ville, mais dans le chaos, je suis sûr que certains se disent qu'il y a des miettes à grapiller. Le pillard occasionnel n'est jamais bien loin du Nomade : j'en sais quelque chose. Cela justifie ma venue, encore que je pense qu'elle est plus lié à ces Wilds du nord.

Mais au final, en reprenant mes réflexes passés, je parviens... au lieu du désastre.

Finalement, on peut toujours découvrir pire.

Le bar entièrement en ruines : celui qui lui a mis le feu ne souhaitait rien d'autre que sa destruction. Il me semble reconnaître des lignes au sol et des endroits sombres, comme s'il y avait eu là des cadavres calcinés, mais on les a enlevés depuis longtemps. Quant à l'appentis, il n'en reste rien non plus.

J'ai eu bien fait de rendre la tronçonneuse aux filles du Titi, sinon je n'aurai eu qu'une carcasse carbonisée à leur remettre.

Conscient que la nuit est déjà sur mes pas, qu'une silhouette nue sur une zone détruite ne peut faire penser qu'à un pillard, je m'attelle à me construire à la va-vite une sorte de cabane faite des planches de bois, même noircies, que je peux récupérer.

Et quand tout cela est fait, que j'entends les fusillades éclater ici ou là, il me reste le temps de me demander si je dois rester ici. je suis venu régler une affaire dans une cité calme, pas dans une cité en proie à un désordre intérieur tel que cela me rappelle les pires heures de mon temps comme mercenaire.

J'espère que Sam succombera dans les mains de l'Inquisition, et vite. Ainsi, il ne souffrira pas et n'aura pas à regarder ce désastre.

Sam... Sam... Quelque chose m'échappe...

Oh, putain !

Ben ouais, le raton, tu l'aurais pas oublié dans le camion, à force de te concentrer sur la blonde ?

_________________

L'univers s'en fout
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pax

Abrités
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mar 30 Aoû - 21:51

Trente quatre jours que je retapais le Raccoon. Au départ, avec rien. Je pense que la bonne idée avait été quand j'avais bricolé la première éolienne. Juste pour utiliser deux pauvres lumières, mais les gens qui n'avaient pas d'électricité avaient trouvé ça bien.

Ils avaient voulu m'en acheter, mais j'avais refusé. En revanche, on avait échangé : nourriture, parfois des choses dont je manquais, comme des vis, des clous, des outils. J'avais fini par me constituer une véritable caisse à outils, et j'avais même réussi à échanger la tronçonneuse contre une éolienne de plus grand modèle au Titi. De toute façon, ils ne savaient pas quoi en faire, tandis que l'éolienne leur garantissait une énergie à minimum en cas de coupure ou de panne de leur groupe. Je pense même qu'elles avaient coupé le groupe, pour faire des économies.

Le plus difficile avait été de marchander l'objet que je gardais précieusement, et ce qui se trouvait dans la cabane au fond du jardin.

J'avais entendu les combats au port, et on était venu me demander d'y participer. Mais j'avais refusé. C'était pas mon talent était ma réponse, et on avait fini par me laisser tranquille. Oh, on m'avait dit que je ne serais alors jamais citoyen, ce à quoi j'avais répondu que c'était une très bonne chose. Après, il y a bien eu deux personnes pour me demander des papiers. Ça a été un poil difficile, mais les habitants du quartier sont intervenus pour moi. On m'a demandé de régulariser. J'ai dit que j'y penserai, ils ont entendu "oui", et je n'ai toujours rien fait.

Il y a eu aussi ce groupe d'excités, qui sont venus traîner par ici pour voir ce qu'ils pouvaient piller. Ils cherchaient des choses simples, aussi, au démarrage de la tronçonneuse, ils sont allés voir ailleurs.

Décidément, Seattle est devenue de plus en plus dingue, et moi avec, qui y reste alors que... Alors que quoi ? Quel espoir ai-je de trouver ce que je suis venu chercher ? Car dans tout ce que j'ai pu marchander, il m'a toujours été impossible d'obtenir une arme. C'est sujet sensible ici. Comme s'il restait une certain défiance envers moi, l'étranger, malgré ce que je faisais.

Sur ce coup, il allait falloir que je prenne une décision. Mais j'attendais encore. Je ne sais pas trop quoi.

Mais j'attendais.

_________________

L'univers s'en fout
Revenir en haut Aller en bas
Personnage

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mar 6 Sep - 18:20



Ludwig (Ludi) Hartman

Ingénieur de génie - mutation: compréhension exceptionnelle (comprend le fonctionnement des choses)
color : #993300




Michaela Grey

Ingénieur - néant - spécialiste marché, Art-déco et contact clientèle
color : #cc0033


Ludi prit le volant d’un des pick up de la guilde, et emmena donc Micki jusqu’au Black Raccoon. Le chemin se passa sans heurt, Ludi gardant le sourire même s’il était un peu inquiet, tandis qu’à l’opposé, Micki n’arrêtait pas de geindre.

- Han mais pourquoi c’est moi qui dois me coltiner ce genre de boulot hein ? Tout ça parce que je suis la plus sexy de la guilde.

Ludi détacha un bref instant son regard de la route pour le poser sur la jupe tailleur qui révélait les jambes de Micki. Si Elie Sue avait opté pour une tenue exagérément de terrain, Micki elle n’avait su se défaire de son attachement pour les vêtements chics et tout à fait inadaptés à leur nouvelle mission. Mais bon, ce n’est pas Ludi qui allait râler, pas lui et son optimisme indécrottable.

Et oui, Micki était canon, mais même si elle était redoutable dans son job, c’était une garce et pour ça, Ludi se contentait sagement de regarder sans tenter quoique ce soit. Il soupira en se concentra à nouveau sur la route. Alex lui avait dit qu’ils ne risquaient plus rien, il devait lui faire confiance mais… bon il était quand même un peu nerveux. En même temps, il était très curieux d’approcher l’éolienne qu’il n’avait vue que de loin. Elle lui avait aussitôt tapé dans l’œil, hé oui plus encore qu’une jolie fille. Car Ludy préférait les jolies choses que les femmes superficielles, des choses en bois par exemple, les belles et nobles matières…..

Ils finirent par arriver tandis que Micki rouspétait toujours. Aussi quand elle vit l’état du bar, elle ouvrit la bouche tel un poisson hors de l’eau et finit par s’exclamer :


- Ne me dis pas que quelqu’un vit là-dedans ? C’est absolument infecte ! Dégoûtant ! Et je suis sûre qu’il y a des rats !

Mais Ludi s’était déjà éloigné, attiré comme un papillon par la lumière, vers l’éolienne qui se dressait à plusieurs mètres du sol. Son regard brillait d’intérêt et il n’entendit même pas Micki qui s’offusquait encore parce qu’il ne l’avait même pas écoutée.

- GRRrr ce Ludi, il n’y a que ces foutues machines qui l’intéressent. Bon et on fait quoi à présent ? Je doute de trouver quelqu’un ici.


D’un air distrait, Ludi sans même la regarder, son intérêt toujours entièrement à l’éolienne, suggéra :

- Tu peux, peux ess-essayer d’appeler.
- Quoi ? Et qui je dois appeler ? Il n'y a personne !

Mais il ne l’écoutait de nouveau plus. Poussant un soupir rageur, Michaela se tourna vers le bar, fit quelque pas en regardant bien où elle mettait ses talons et éleva la voix :

- Ouhouu ??  Il y a quelqu’un ?? Hey ?  pfff….c’est insensé ! ridicule,
rouspéta-t-elle.

Et elle vérifia qu’elle ne s’était pas salie, en avançant à présent plus proche des décombres, enfin de ce qui avaient été des décombres et que quelqu’un avait avait tenté de transformer en…. Ca !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pax

Abrités
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mar 6 Sep - 19:17

Bon alors, le ça, c'était quand même ... Tata ! (Samuel, fermes les yeux !). En même temps, si on m'avait donné du bon matériel pour travailler ! Faire avec des décombres... Very Happy



J'entends une voix. Aussitôt, pensant à un possible retour de personnes de la Volte, je lance la tronçonneuse puis je sors.

Je vous préviens qu'il y a rien à prendre ici... Rien, à part ramasser les deux moitiés de votre corps !

Puis j'avise la fille. Le temps de faire un aller-retour tête/pied, je coupe la tronçonneuse.

Pardon. J'espère ne pas vous avoir fait peur. J'ai cru... Enfin à des Survoltés. Ou des pillards. Désolé. Je peux quelque chose ?

Puis je me souviens de ce que Mattie me disait. Être plus sociable. Alors je me lance. D'abord, je plaque un sourire forcé, puis...

Vos cheveux blonds ? Ce sont les radiations ou vous le faites exprès ?

_________________

L'univers s'en fout


Dernière édition par Jean Pax le Mar 6 Sep - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Personnage

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mar 6 Sep - 20:27

<< avant


Bien sûr en voyant le type surgir avec sa tronçonneuse, Micki hurla de frayeur en relevant bien inutilement les mains sur son corps pour se protéger, pour se protéger la poitrine, geste fort inutile, mais instinctif. Les hommes auraient protégé une autre partie.
Elle avait sursauté et recula aussitôt d’un pas, n’osant même pas lâcher l’homme ou plutôt sa tronçonneuse des yeux, comme si cela avait changé quelque chose.


- Ludi ? appela-t-elle d’une toute petite voix pas du tout rassurée.

Et bien sûr elle rouspéta encore sur le choix d’Alex, mais intérieurement cette fois, épargnant les autres. Allons, elle devait se reprendre. Et puis le type réalisa qu’elle n’était qu’une pauvre femme sans défense et baissa son arme ….oui une arme, une tronçonneuse, c’était juste impensable qu’elle se soit faite agressée par un type armée d’une tronçonneuse. Ahh Alex allait l’entendre, c’était certain.

Au moins cette intervention eut le mérite d’arracher Ludi à sa contemplation, et inquiet pour Micki, parce que c’était un homme soucieux des autres, il s’approcha de l’inconnu, mains levées en signe d’apaisement.


- N..nous n…ne voulons r..rien vous voler.

Il souriait mais sa nervosité aggravait son problème d’élocution. Micki lui vint en aide, à présent qu’elle avait retrouvé sa superbe. Elle afficha son plus beau sourire qui n’atteignait toutefois pas son regard, un regard peu appréciateur pour cet homme, un ermite qui s’était installé là ? Un réfugié sans papier ?

- Ludi a raison, nous ne voulons rien vous voler. Nous cherchons seulement la personne qui a construit cette éolienne. Nous serions très intéressés de pouvoir discuter avec elle, à ce sujet.

Puis à la remarque du type, Micki eut un geste intinsctif et coquet pour vérifier que sa coupe était toujours intacte, non sans un sourire un peu crispé à cause des façons grossières de l'inconnu. Mais elle était là pour affaire, donc elle devait jouer le jeu.

- Non, non, c’est ma couleur naturelle,
mentit-elle avec aplomb, non sans lui sortir son sourire charmeur qu’elle destinait à ses clients.

Alors se rappelant ses réflexes et parce que le nom de Sullivan’s Project était quand même connu et synonyme d’un certain prestige, elle sortit sa carte de son sac à main, pour la lui tendre. C’était une carte de visite avec le numéro du portable d’Elie Sue toujours officiellement secrétaire de la guilde, même si les locaux n’étaient plus les mêmes.


- Tenez, voici la carte de notre employeur. C’est lui qui nous envoie.

Nouveau sourire commercial.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pax

Abrités
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mar 6 Sep - 22:27

Je pose la tronçonneuse puis prend la carte. Tout en marmonnant, pour rester aimable.

Non, ce n'est pas votre couleur naturelle. Ça se voit à vos sourcils et aux poils de vos avant-bras.


Je retourne la carte plusieurs fois.

Je ne vends rien. Je refuse l'argent. L'argent, c'est du vol de temps de vie. En revanche, je troc. Je peux donc faire une éolienne pour vous. La question est...


Je regarde la carte.

...qu'est-ce que Elie Sue est prête à m'échanger contre une éolienne ?

_________________

L'univers s'en fout
Revenir en haut Aller en bas
Personnage

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mer 7 Sep - 12:24

Ludi gloussa, cachant aussitôt sa bouche de son poing, et s’éclaircit la voix comme s’il venait de tousser, ignorant le superbe regard foudroyant de Micki. Celle-ci retrouva son sourire commerciale et répliqua de sa voix de miel.

- Nous ne sommes pas venus pour échanger des considérations esthétiques. Mais pour cette éolienne.

Ludi l’interrompit.

- C’est vous qui l’avais créée ? C’est du b..beau travail ! s’enthousiasma Ludi ayant maladroitement coupé la parole de Micki qui soupira avant de se recomposer son sourire de vente.

Mais au fond l’intervention de Ludi lui permit d’effacer l’expression de stupéfaction qu’elle avait affiché aux paroles de cet homme. Du Troc ? il refusait l’argent ?  Et le fait qu’il mentionna le nom de la secrétaire faillit lui faire perdre tous ses arguments.


- Elie travaille pour Monsieur Sullivan, c’est la secrétaire de la guilde. C’est son numéro de portable si vous avez besoin de nous joindre

Elle s’écartait de son objectif. Michaela glissa un doigt dans sa frange pour l’arranger, et aussi pour se donner contenance. Elle sourit.

- Vous êtes d’accord de nous aider ? Mais alors c’est parfait ! Nous trouverons bien quelque chose à … hum troquer avec vous.

Elle regarda les vêtements du type.

- Nous pourrions vous offrir des vêtements et à manger ?  Pour commencer ? Et puis vous pourriez ensuite parler avec monsieur Sullivan et monsieur Hartman sur le fonctionnement de votre éolienne.

- Oui ça m’intéresserait beaucoup intervint Ludi sans plus bégayer et tout sourire. Mais il nous faut étudier d’abord, si vos éoliennes pourraient pourvoir en énergie un complexe d’une centaine de foyers. Ou comment améliorer son rendement sans avoir à en fabriquer une pour chaque maison, ou peut-être une pour plusieurs, ou une par bâtiment et..
- Nous pourrions en parler ensemble avec Alex aussi, intervint Micki tandis que Ludi s’emballait. Je vous le redis, il souhaite tout d’abord en parler avec vous. Est-ce que vous seriez d’accord pour nous accompagner ? Ce n’est pas très loin, à une vingtaine de minute en voiture.

Elle lui désigna le pickup en arrière-plan, bien qu’elle craignait à présent de devoir partager l’habitacle du pickup avec cet homme. S’était-il seulement lavé ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pax

Abrités
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mer 7 Sep - 14:43

Sullivan ? Vous parlez du gars qui a foiré ses élections et qui a des relations avec les tarés de Vancouver ?

Je hausse les épaules.

Bah, je sais qu'il a rien fait. J'ai été voir. Bon, donc c'est ok.

Je regarde la voiture. Je dois juste m'assurer...

Personne n'est payé pour me déplacer ? Ce n'est pas une de ces sortes de véhicule où...

A leur tête, je comprends que non.

Bon, alors je range la tronçonneuse, et je viens. Pendant le trajet, je préparerais une liste du materiel dont j'ai besoin et qui pourrait être troqué.

Ranger la tronçonneuse et fermer le... bar ne prit pas plus d'une minute.

Je monte dans le véhicule, sors un carnet et commence à écrire.

Spoiler:
 

A un moment, je relève la tête pour regarder la ville, avant de replonger dans mon carnet pour y ajouter quelque chose.

Spoiler:
 

_________________

L'univers s'en fout
Revenir en haut Aller en bas
Personnage

MJ/PNJ
avatar


MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   Mer 7 Sep - 15:33

Michaela tiqua face aux paroles de ce type et faillit répliquer en ayant oublié toute gentillesse quand l’autre enchaîna de lui-même qu’il savait que ce n’était pas vrai. Comment ça il avait été voir ? Elle échangea un regard avec Ludi et haussa les épaules. Bon elle avait accompli sa mission, il acceptait de les accompagner pour aller parler à Alex.

Il posa encore une question des plus farfelues avant qu’ils ne s’installent dans le pickup, mais l’instant d’après ils étaient en route pour le camp de Redmond. Se tenant très droite sur son siège à côté du type, elle ne se gêna pas pour jeter un coup d’œil par-dessus son épaule sur les notes qu’il prenait.


>> suite

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [J136-J170] on touche le fond   

Revenir en haut Aller en bas
 

[J136-J170] on touche le fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Epsilon :: Archives SA S1-